Robert aime…..

Voici la liste de tous les habitudes, goûts ou encore envies de notre auteur préféré: Robert Muchamore !

  • Le Chocolat.
  • Las Vegas.
  • La série Weeds.
  • La tarte à la poire et à la crème de sa maman.
  • Les films de Stanley Kubrick.
  • Les voitures très chères que l’auteur peut maintenant payer mais qui se détruisent en 3 minutes lorsqu’ils sont garés en plein Londres.
  • Le film The Big Lebowski
  • Revenir à l’endroit où je travaillais et dire à mes anciens patrons que j’ai eu de l’argent beaucoup plus facilement qu’eux.
  • Regarder des gens tomber dans des trous.
  • Tuer des mouches.
  • Arsenal Football Club
  • Eric, mon ami invisible qui vit dans la cuvette des toilettes.
  • Le Chili
  • L’art moderne
  • Mike Wazowski
  • Britney
  • Donner des crises cardiaques à mon éditeur en mettant des trucs complètement scandaleux dans la première version de mes livres.
  • Coca-Cola vanille (yeah! il est de retour en Angleterre!)
  • Les films Jackass
  • L’épisode de South Park « Le Panda du harcèlement sexuel »
  • Les jeux de foot Mario (Mario Strikers)
  • Mettre du fromage sur tout. 
  • La série Breaking Bad
  • L’odeur de la peinture à l’eau
  • Les figurines Lego
  • Les Nachos
  • FIFA 14 (en mode amateur !)
  • Et pour finir les fans de CHERUB!!!!

Ian Edginton

ian-edginton-by-joel-meadowsIan Edginton est considéré comme l’un des scénaristes les plus connus du Royaume-Uni. 

Connu essentiellement pour ces scénarios de comics, il a débuté dans le monde de l’écriture au début des années 1990. En plus de vingt ans il a ainsi travaillé pour Lucasfilm, Paramount Pictures et 20th Century Fox pour adapter Star Wars, Star Trek, Terminator, Predator et propriétés exotiques…

L’Anglais, qui s’est d’abord fait connaître aux Etats-Unis, doit son succès à de bonnes collaborations avec d’autres artistes de l’industrie, comme d’Israeli (Scarlet Trace ) et Steve Yeowell (La Mer Rouge).

En 2007, il voit son travail récompensé avec deux nominations aux prestigieux Eisner Awards pour son roman graphique Scarlet Traces: The Great Game .

En France, nous le connaissons essentiellement pour les adaptions des aventures de Sherlock Holmes, écrit par Arthur Conan Doyle. Mais nous, fans de CHERUB, l’avons découvert grâce à sa participation à la première bande dessinée CHERUB, 100 jours en enfer. Son rôle était de choisir les moments-clés du roman, pour ne pas livrer une histoire qui ne tiendrait pas dans un minimum de pages.

Aujourd’hui, il se concentre sur le scénario de bandes dessinées de science-fiction. Vous pouvez d’ailleurs le suivre sur son compte Twitter.

ian edginton - science fiction

Robert Muchamore

Robert MuchamoreVous voulez tout savoir sur cet écrivain de génie ? Vous êtes à la bonne page.

D’abord l’élément de base, c’est de savoir où il est né, quels étaient ces métiers, combien de frère et soeur a t-il……
Les réponses à ces questions se trouvent sur sa page biographique.

Si tu rédige une texte sur lui pour les cours, ajoute quelques unes de ses récompenses, cela fait toujours classe !

Complémentaire de sa biographie, la Foire aux questions de l’auteur te permet, comme son nom l’indique, de répondre à tes principales interrogations.

Demain, tu découvres que tu es atteint d’une grave maladie (sache qu’on ne l’espère pas). Que fais-tu ? Robert Muchamore a écrit sa liste des 18 choses qu’il ferait avant de mourir.

Bientôt, tu pourras découvre la liste des choses qu’aime/déteste Robert, ainsi que ces recommandations pour devenir écrivain. Nous travaillons actuellement dessus !

 

Les Traducteurs

Ils sont deux, compétents, bosseurs, drôles et ce fichier leur est entièrement consacré. Nous parlons bien-sûr des traducteurs français de CHERUB! Le premier, Antoine Pinchot, est considéré comme le traducteur officiel des livres de Robert Muchamore. En effet, il a traduit de A à Z  les livres CHERUB, ainsi que les Henderson’s Boys à partir du troisième tome. Le second, Jean Esch, comptabilise à son actif deux romans de Muchamore: L’évasion et le Jour de l’Aigle, les deux premiers tomes des Henderson’s Boys.

Antoine Pinchot

Pour vous parlez de lui, nous vous proposons deux interviews, l’une est réalisée par nos amis du Forum du Campus, que l’on peut retrouvé ici: http://www.cherubcampus.org/t3349-interview-exclusive-d-antoine-pinchot-traducteur-des-livres; et l’autre signée à l’époque par l’équipe du CampusCherub.com, à lire ici: http://cherubdistrict.com/tribune/interview-dantoine-pinchot/

Voici un mixte des meilleurs questions:

CampusCherub.com: Dites-nous en un peu plus sur vous et votre métier de traducteur au quotidien.

Antoine Pinchot: Je suis né en l’année **censuré** en banlieue parisienne puis, à l’âge de trois ans, j’ai courageusement franchi le périphérique afin de m’installer dans la XIVe Antoine Pinchot 1arrondissement. Ayant obtenu mon bac malgré une existence placée sous le signe de l’indiscipline et de la pop anglaise, j’ai passé un an sous les drapeaux avant d’exercer des métiers aussi prestigieux que coursier à mobylette et employé de banque. Mais comme je passais mon temps à écrire et à progresser en langue anglaise en jouant à des jeux vidéos non traduits, après divers détours, j’ai fini par persuader une poignée d’éditeurs innocents que je ferais un honnête traducteur. Et puis un jour, l’un d’eux… l’un d’elles, en fait… m’a fait lire The Recruit et m’a demandé ce que j’en pensais. La vie est pleine de surprises ! Quel étrange métier. En l’absence de patron pour nous hurler dessus, mieux avait être passionné. Lorsqu’on se lève le matin, ou en début d’après-midi, si l’on n’a pas une envie folle de traduire le chapitre 17 de Chute Libre – ce n’est qu’un exemple choisi au hasard –, on risque de se lancer dans un niveau de Battlefield, et de se retrouver à sec financièrement à la fin du mois. Ma chance, c’est que j’adore CHERUB, et comme je ne lis plus les nouveaux épisodes avant des les traduire, je meurs d’envie de connaître la suite, tout bêtement, comme un vrai fan. Extrait de l’interview du forum: À part ça, j’ai une fille de huit ans qui porte volontiers le T-shirt rouge ; je n’assume pas mon âge ; je ne suis pas sérieux ; je suis passionné par mon métier ; j’adore l’Angleterre où je séjourne aussi souvent que possible ; je chante et je joue de la guitare dans un groupe de brit-pop, et quand je serai grand, je serai une rock-star

Forum du Campus: Comment travaillez-vous au fil des journées ?

Antoine Pinchot: Je travaille chez moi, assis à mon bureau, étalé sur le canapé, ou debout, le Mac posé sur le plan de travail de la cuisine… et tout en écoutant la radio. Pas Antoine Pinchot 2besoin de se lever tôt, ni même de s’habiller, la belle vie quoi. Comme je connais bien la série, les règles de CHERUB, le campus et les personnages, je peux m’offrir le luxe de ne pas lire les épisodes avant de passer à l’action. Depuis Arizona Max, je découvre l’histoire au fil de la traduction. Ça rend le travail très agréable, et plein de surprises.

Forum du Campus: Mise à part CHERUB, traduisez-vous d’autres livres ?

Antoine Pinchot: Je traduis PLEIN d’autres romans, exclusivement pour Casterman, notamment la série Harold et les dragons, de Cressida Cowell, dont Dreamworks a tiré le film d’animation Dragons 3D. Des bouquins souvent éloignés de l’univers CHERUB, mais que du bon, magnifiquement traduit. Oh, damned, mes chevilles viennent d’exploser….

Jean Esch

ALaCroise_e-compil
Jean Esch, né en 1962, est un traducteur et illustrateur centré sur les romans policiers. Voici ses principales traductions:

  • les série À la croisée des mondes et Sally Lockhart ainsi que la plupart des livres de Philip Pullman
  • la série Skully Fourbery de Derek Landy
  • la série Le Voleur de magie de Sarah Prineas
  • Le PoèteLa Glace noire, La Blonde en béton et L’Envol des anges de Michael Connelly

Les Éditeurs étrangers

77ff0623-c21a-4de0-b786-420a0b3ee6fbwallpaperVous pouvez découvrir la liste des éditeurs étrangers.

Cliquez sur son nom pour en savoir plus!

  • Allemagne et Autriche: Random House
  • Danemark: Art People
  • Japon: ほるぷ出版 (Hold Pub)
  • Norvège: Samlaget
  • République Tchèque: Fontána
  • Turquie: Kelime Yayınları
  • Brésil: Editora Fundamento
  • Suède: Wahlströms
  • Thaïlande: Pearl
  • Estonie: Tiritamm
  • Slovaquie: Slovart
  • Roumanie: Corint Junior
  • Hongrie: Ulpius-ház
  • Slovénie: Morfem

Biographie de Robert Muchamore

Robert MuchamoreOn peut trouver une biographie détaillée, rédigée avec beaucoup d’humour par Robert Muchamore lui-même, sur son site officiel. En voici la traduction:

Une fois par semaine au moins, quelqu’un m’envoie un courriel au sujet d’un projet scolaire et me demande des renseignements biographiques. Cette page a été créée pour vous. Malheureusement, ma vie n’a pas été très palpitante jusqu’à présent, alors ne vous gênez pas pour en rajouter un peu. Peut-être pourriez-vous dire que j’ai été dompteur de lions ou Premier Ministre du Botswana …

  • 1972: Je suis né le 26 décembre 1972 au Parc Tufnell, au nord de Londres, j’étais le plus jeune de quatre enfants. Del était un grand frère typique (parfois mon pire ennemi, parfois mon meilleur ami …). Ma grande sœur Jenny était ma préférée parce qu’elle avait seize ans de plus que moi et elle m’achetait des coffrets Lego. Mon autre sœur Diane a quitté la maison quand j’ai eu deux ans, donc je n’ai pas de souvenirs d’enfance d’elle. >
  • 1976: Ma première école a été St Johns Upper Holloway. Nous avions des leçons sur différents types de sujets. Il y avait des enfants que j’aimais et d’autres que je n’aimais pas et bla, bla, bla…
  • 1983: J’ai été malmené par un panda échappé du zoo de Londres … Non, en fait, c’est un mensonge. Mais quand j’ai eu 7 ans j’ai changé d’école, je suis allé à Acland Burghley.
  • 1984-85: Le meilleur moment dans cette école a été ma huitième et ma neuvième année, quand mon école a fermé pour enlever l’amiante et donc nous devions tous avoir des cours particuliers dans une autre école pendant deux ans. Au même moment tous les enseignants ont fait grève. La combinaison de la grève, des embouteillages et des cours particuliers qui ne fonctionnaient pas était risible et nous avions environ deux jours d’école par semaine. Au lieu d’aller à l’école, je passais donc toute la journée autour des maisons pour essayez de faire des scores élevés sur nos jeux sur consoles Atari VCS sur l’état de l’art.
  • 1986: À 14 ans, j’avais décidé de devenir soit architecte, soit photographe, soit écrivain. Quand j’ai regardé dans le guide de carrière et vu que cela prenait sept ans d’étude pour devenir architecte je me disait «quel con» pour enfin me concentrer sur les deux autres métiers.
  • 1988: J’ai obtenu mon premier emploi du Samedi dans un magasin « Jessops caméra ». Cela m’a éliminé de la voie de la photographie, de sorte que j’ai sauvé mon salaire pour m’acheter un ordinateur sur lequel j’ai écrit mon premier roman.
  • 1989: J’ai acheté mon ordinateur. Malheureusement tout ce que j’ai écrit a été supprimé, alors j’ai abandonné après trois mois seulement et je me suis métamorphosé en clochard inapte au travail.
  • 1991: Après deux ans de laisser/aller à ne pas travailler à l’école, j’en suis sorti avec une moyenne de 10/20, mais 19/20 en économie. J’ai passé l’été adossé autour de la maison jusqu’à ce que mon père me dise qu’il allait me botter mon cul paresseux si je ne trouvais un emploi. Après avoir été rejeté par Marks & Spencer, la salle de poste du Financial Times et du service diplomatique, je me suis procuré un emploi en tant qu’aide junior dans une agence de détectives privés.
  • 1995: Cette décennie a été assez terne, si vous lisez ceci pour vous aidez pour votre projet d’école, il serait mieux pour vous d’écrire certaines choses plus intéressantes. Voici trois suggestions:
      1. J’ai eu un bébé araignée mutant avec une ancienne star Eastenders.
      2. J’ai gagné une grande compétition : Hot Dog Restos.
      3. J’ai touché le jackpot au casino, marié à une strip-teaseuse, puis perdu ma fortune dans un divorce amer.
  • 2001: J’ai commencé à écrire un livre avec le titre peu inspirant KN1 (Kids Novel 1). Ce titre est par la suite devenu The Recruit (La recrue : 100 jours en Enfer), mais il était plus violent que celui que vous connaissez. Lors du chapitre initiale James devait vitrioler puis taillader le visage de Samantha Jennings ouvert avec du verre brisé !
  • 2002: Au début de l’année où j’ai fini d’écrire le livre – désormais intitulé CHERUB 1,0 – je suis resté dessus jusqu’à l’été avant de décider qu’il était assez bien pour l’envoyer à un agent littéraire. L’agent a d’abord rejeté le livre, mais la deuxième fois je m’en suis approché et il me prit. Mon agent a imprimé neuf exemplaires et l’a envoyé à tous les éditeurs majeurs pour enfants. Au cours des mois qui ont suivi nous avons eu un tas de rejets.RM1
  • 2003: Je suppose que que l’on a pas besoin d’être un génie au travail pour que l’un des éditeurs dise finalement oui. En mars 2003, Hodder Children’s Books a acheté CHERUB 1.0 (CHERUB: The Recruit) et la suite non écrite, tous les deux prévus pour une publication en 2004.
  • 2004: «CHERUB : The Recruit» a été publié en avril et à peu près… personne ne s’en aperçoit. Mais les premiers fans de CHERUB semblent l’aimer et le livre s’est très bien vendu pour un premier roman. En octobre, Class A (Trafic) sort. Il obtient une bonne réaction des fans, mais s’est vendu plus lentement que The Recruit et j’ai commencé à m’inquiéter sérieusement. En attendant, j’avais encore un emploi à plein temps et je passais chaque minute de repos à écrire Maximum Security (Arizona Max) et The Killing (Chute Libre). CHERUB a enfin commencé à décoller avec la sortie de Maximum Security. The Recruit a remporté le prix Red House et plusieurs autres récompenses, de plus CHERUB a été publié en Allemagne.
  • RM22005: Vers le milieu de l’année, j’étais crevé de deux ans d’écriture et de travail. Lorsque les ventes des livres ont été de plus en plus importantes, j’ai jeté l’éponge sur mon métier et j’ai remercié mon patron pour écrire à plein temps.
  • 2009: Les deux premiers tomes de la série Henderson’s Boys ont été publiés au Royaume-Uni. Je me suis essayé à écrire mes mémoires, mais cela n’a aucun sens.
  • 2014: CHERUB est maintenant publié dans 27 langues, avec plus de 8 millions d’exemplaires vendus, donc j’ai beaucoup d’argent. J’espère que la sortie de Rock War, série racontant l’histoire de quatre jeunes groupes de musique, va donner à ma carrière une nouvelle direction.

Casterman

Casterman

Cette page tient en particulier à remercier les éditions Casterman qui, sans eux, ce site n’existerait pas.

Par respect pour ce grand éditeur, nous n’allons pas réécrire l’histoire de Casterman à notre manière.

Voici donc un court résumé sur les éditions Casterman, qui peut également être lu ici: http://jeunesse.casterman.com/Contents_Detail.cfm?id=137

Fondée en 1780, la maison Casterman a intégré le monde de la bande dessinée dans les années 1930 en éditant les albums de Tintin. Aujourd’hui, grâce à des valeurs-clés comme l’innovation et la créativité, elle continue d’y occuper une place privilégiée.

Depuis la publication du premier album de Tintin qui est toujours le fleuron de son prestigieux catalogue, la maison Casterman reste fidèle à la même démarche: mettre à la portée de tous des oeuvres de qualité. C’est dans cet esprit qu’elle souhaite faire découvrir ses auteurs phares au public, tant la génération (A SUIVRE) avec Tardi, Pratt, Geluck, Schuiten et Peeters ou Comès, que celle, plus récente, des Art Spiegelman, Jirô Taniguchi ou autres Craig Thompson. Sans oublier le label Sakka, dédié au manga et dont le nom ne saurait mieux exprimer la philosophie de Casterman. En japonais, Sakka signifie… Auteur !
Casterman bénéficie de la reconnaissance la plus élevée des auteurs et amateurs de bande dessinée et continue à attirer les auteurs les plus lus et les plus admirés, dans des styles extrêmement différents. Enki Bilal et Régis Loisel ne s’y sont pas trompés, eux qui ont décidé d’être dorénavant édités par Casterman.
A côté de cette politique éditoriale d’auteurs, Casterman développe également un catalogue important dans le domaine de la Jeunesse sous le label Casterman.

Les Editions Casterman représentent un poids notable sur le marché de la bande dessinée, tout en menant une politique volontairement sélective de production: moins de 100 nouveautés par an sur près de 3.000 nouveautés pour l’ensemble des éditeurs. En regard de cette proportion, près d’une bande dessinée sur 7 vendues dans la francophonie est un album Casterman. Ce positionnement crée un environnement et un contexte favorables pour l’ensemble des projets sélectionnéés par le comité éditorial de Casterman.

Depuis 1999, Casterman est une filiale du groupe Flammarion, lui-même filiale de l’important groupe de presse et édition international RCS (Rizzoli Corriere della Sera). Le groupe Flammarion est depuis peu présidé en France par Teresa Cremisi.

Foire aux questions de Robert Muchamore

Est-ce que l’auteur est riche? Évidemment, plus vous achetez de livre plus vous faites gagner de l’argent à l’auteur. Ainsi, tout en n’appartenant pas à la ligue de J.K. Rowling et Bill Gates, l’auteur gagne un très bon revenu à six chiffres en tant qu’écrivain.

Est-ce que l’auteur est marié? Non.

Est-ce que l’auteur a des enfants? Non.

Est-ce que l’auteur possède des animaux de compagnies? Non, sauf si vous incluez les souris qui ne cessent de revenir dans sa cuisine.

Est-ce que l’auteur a des frères et sœurs? Il a un grand frère qui a huit ans de plus que lui, et deux sœurs qui sont encore plus âgées, mais sans doute qu’elles le battraient si il disait de combien.

D’où l’auteur vient-il? Il a grandi au Tufnell Park à Londres et il vit et travaille encore au nord de Londres.

Où a-t-il été à l’école? Son école primaire s’appelait St Johns Upper Holliway et son collège/lycée s’appelait Acland Burghley.

Travaille-t-il toujours comme détective privé? Non il a arrêté de pratique ce métier pour écrire à plein temps en juillet 2005.

D’où viennent ses idées? Cette question lui est souvent posée et ça le rend dingue car il ne connait pas vraiment la réponse. Généralement, il commence par choisir le sujet du livre comme le deal de cocaïne pour Trafic, et les idées arrivent lentement ensembles quand il en apprend plus sur le sujet.

Quelles sont ses inspirations pour écrire des livres? Quand l’auteur a eu 12/13 ans, l’auteur en avait marre de lire des livres pour enfant, mais il était encore un peu jeune pour vraiment entrer dans la lecture de livres pour adultes. Donc, son point de départ pour 100 jours en enfer était d’essayer d’écrire le livre qu’il aurait voulu lire quand il avait treize ans.

Combien de temps cela lui prend-il pour écrire un livre? Cela lui prend 4/5 mois à partir du moment où il effectue des recherches jusqu’au moment où il a fini d’écrire la première ébauche. Le premier mois il effectue des recherches. Il lit généralement pleins de livres et parfois il interviewe des personnes (comme des policiers à la retraite ou des entraîneurs de natation). Il fait aussi des recherches à la bibliothèque nationale du Royaume-Uni ou à la bibliothèque regroupant tous les journaux. Ensuite il fait un plan détaillé qui dit tout ce qui va se passer dans chaque chapitre, et quand tout est planifier il commence enfin à écrire le livre. Ça lui prend 2 mois et demi environ.

Quand est-ce que son premier livre a-t-il été publié? Il a fini d’écrire 100 jours en enfer début 2001. Il l’a ensuite envoyé à deux agents, il y en a un qui l’a rappelé. Après avoir retravaillé le livre avec son agent, ils l’ont envoyé à plein d’éditeur jeunesse en septembre 2002. Après avoir reçu plusieurs lettres de rejets, les gens de chez Hodder ont acceptés de prendre ce livre.

Quel est son livre préféré? Il adore Catch 22 de Joseph Heller. Il l’a lu presque 10 fois et ça lui plaît toujours autant. Son autre livre préféré est De sang-froid de Truman Capote. Quand il était jeune il était fou d’Astérix. Les livres jeunesse qu’il a récemment lu sont Hunger Games de Suzanne Collins et The Girl with the Dragon Tattoo de Steig Larsson.

Quel est le livre qu’il déteste vraiment? Les grandes espérances de Charles Dickens. Il a dû le lire pour le GCSE (Équivalent du brevet). Il a passé 4 mois à le lire, le relire et écrire des essais dessus. Il aurait voulu remonter le temps et pouvoir tuer ce satané Charles Dickens.

Traduit de http://www.muchamore.com/faqrmweb.htm#rm1

Simon & Schuster (éditeur américain)

simonschuster_logoSimon & Schuster, Inc. est une maison d’édition américaine.
Au départ, Richard L. Simon et Lincoln Schuster avait créer cet entreprise pour éditer des livres de mots croisés, mais elle est vite devenue l’un des  dix plus grosses maisons d’édition en langue anglaise.

Depuis lors, Simon & Schuster, recentré sur la littérature et le multimédia tous publics, appartient à CBS Corporation. C’est ainsi qu’elle publie les CHERUB depuis avril 2010 dans leur division pour adolescents, nommé Simon Pulse.

Aujourd’hui

  • Simon & Schuster publie environ 2000 titres par an.
  • En 2012, six romans de leur édition ont été nommés au 100 livres les plus notables de l’année par le New York Times
  • Elle possède 1350 employés et peut distribuer des livres numériques et papier dans 200 pays et régions à travers le monde
  • Dans l’ensemble, les titres Simon & Schuster ont reçu 55 prix Pulitzer, 16 National Book Awards, et 9 National Book Critics Circle Awards. L’édition pour enfants a récolté 14 Caldecott Medals et 19 Newbery Medals.

Logo Simon Pulse

Les récompenses de Robert Muchamore

Les premières récompensesde Robert Muchamore sont pour son premier roman, 100 jours en Enfer (logique). La victoire la plus prestigieuse restera celle du Red House Children’s Book Award en 2005.
La même année, il remporte de nombreux autres awards pour le même livre, dont en voici les principaux:

  • Bolton Childrens Book Award 2005 ,
  • Medway Childrens Book Award 2005,
  • Bishop Luffa Childrens Book Award 2005

L’année suivante, a été aussi signe de victoire pour l’auteur qui a enchaîné les récompenses sur son territoire, principalement pour Arizona Max:

  • Salford Children’s Book Award ,
  • Portsmouth Children’s Book Award ,
  • Grampian Children’s Book Award ,
  • Doncaster Children’s Book Award ,

En 2007, Robert a remporté 3 récompenses de plus, dont un pour Les Survivants.
En 2010, Robert a gagné son premier award pour Henderson’s Boys. Juin 2010 a été le mois où Robert a gagné le Independent Booksellers Book Prize 2010 pour L’évasion, paru un an plus tôt.

Le mois suivant, l’auteur a remporté sa première récompense pour Vandales, au Young Teen Fiction Award 2010.