Luc Mayefski

HB Tome 3 - PocheLuc Mayefski est un personnage secondaire de la série Henderson’s Boys et est aussi l’un des premiers agents de l’histoire de CHERUB. Né en 1928, il apparaît pour la première fois dans L’Armée Secrète.

Description 

A l’inverse des autres agents, Luc fait tout pour être détesté. Il cherche volontiers à provoquer ses camarades, qui le méprisent logiquement. Ainsi et ce dès son apparition dans la série, Robert Muchamore insiste régulièrement sur la rivalité qui oppose Luc à Paul Clarke:

Luc, un agent âgé de treize ans, était installé près de la porte. Il portait une tenue identique à celle de Paul, mais la comparaison n’allait pas plus loin. Si ce dernier était filiforme, son camarade, étonnamment musclé, flirtait avec l’embonpoint. […]
– Alors, Paul, lança Luc sur un ton méprisant, comment vont tes pauvres petites chevilles ? Ce n’était pas trop dur, de s’occuper des araignées, bien au chaud, pendant qu’on en bavait à l’entraînement. Page 59, Tome 3

Nous pouvons le revoir dans Opération U-Boot, Tireurs d’élites et L’Ultime Combat.

Après la guerre

Dans l’épilogue finale du tome 7, Robert Muchamore s’attarde sur Luc Mayefski et nous livre un très long paragraphe:

« Après le démantèlement du premier CHERUB, Eileen McAfferty remua ciel et terre pour offrir à Luc une éducation convenable. Après une longue série d’échecs, il réussit l’examen d’entrée d’un pensionnat britannique. Il en fut exclu quelques semaines plus tard en raison de violences physiques et psychologiques exercées sur de jeunes camarades et d’un coup de tête porté à son professeur d’éducation physique. HB T7 - GF
Livré à lui-même, sans emploi ni logement, Luc dut survivre tant bien que mal dans les rues de Londres. Il trouva bientôt du travail en tant que collecteur de dettes au service d’un groupe d’usuriers. 
Les bombardements allemands ayant provoqué une grave crise du logement, le gouvernement avait ordonné un gel des loyers. Il se mit au service de propriétaires souhaitant expulser les locataires protégés par cette loi. Quelques années plus tard, ses économies lui permirent d’abandonner ce travail d’homme de main et de développer sa propre activité dans le domaine immobilier.
Se trouvant à la tête d’une entreprise prospère, il fit tout son possible pour faire oublier son passé de gros bras et se présenter comme un respectable magnat. Tous ses efforts furent réduits à néant lorsqu’un journal fit paraît un article le présentant comme l’homme d’affaires le plus corrompu d’Angleterre. La justice ayant pris le relais des médias, il écopa d’une peine de cinq ans de prison pour violences, fraude à l’assurance et complicité d’incendie volontaire. Durant son incarcération, sa société fut gérée par un comptable véreux qui détourna la quasi-totalité de sa trésorerie. Luc fut relâché en 1968. Il se déclara en faillite deux mois plus tard.
Ruiné et discrédité, il quitta l’Angleterre pour l’Espagne et entama une nouvelle carrière dans l’immobilier. Au début des années 1980, il vivait une existence paisible dans une vaste villa, au bord de mer, avec sa compagne et leurs deux filles.
En juin 1984, alertés par des cris, les voisins alertèrent les autorités. Après avoir trouvé l’amie de Luc sauvagement battue, les motards de la police se lancèrent à ses trousses. Dans la course-poursuite qu s’ensuivit, il perdit le contrôle de son véhicule et percuta un camion circulant en sens inverse.
Il n’avait que cinquante-cinq ans. Il laissa deux filles, ainsi qu’un fils issu d’une précédente liaison.« 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *