Maxine Clerc

Maxine Clerc (aussi appelé Lacoste), née en 1915, est un personnage secondaire des Henderson’s Boys. La jeune femme apparaît chronologiquement dans Le Jour de l’Aigle, Le Prisonnier et L’Ultime Combat.

Nous la découvrons dans les premières pages du tome 2 d’Henderson’s Boys. A l’époque, Maxine Clerc n’était alors qu’une simple secrétaire au consulat anglais de Bordeaux: 

Elle avait une vingtaine d’années et mesurait pas loin d’un mètre quatre-vingts. Elle portait le chemisier blanc et la jupe plissée des employées de bureau, mais la façon dont étaient coiffés ses cheveux noirs et l’élégante montre en or qu’elle portait au poignet laissaient deviner des revenus supérieurs à ceux d’une modeste fonctionnaire. Page 21, Henderson’s Boys – Tome 2 

Nous la reverrons plusieurs dans ce tome-ci, où elle sera notamment la maîtresse du sacré Charles Henderson.
Elle ré-apparaîtra deux ans plus tard (l’équivalent de trois tomes) à Paris où Robert Muchamore n’oubliera pas de mentionner ses dernières aventures:

Pendant des mois, elle s’était démenée [à Bordeaux] pour venir en aide aux enfants séparés de leurs parents au cours de l’exode.
A son retour en Angleterre, elle avait suivi un entraînement aux techniques d’espionnage et de sabotage, puis elle avait rejoint Paris afin d’y établir l’un des premiers réseaux structurés de résistance contre l’occupant. Page 222, Le Prisonnier

C’est donc en tant que résistante que nous la retrouverons dans L’Ultime Combat, à toute fin de guerre. Et lors d’un émouvant épilogue, l’auteur nous livra une mini-biographie la concernant:

Maxine Clerc épousa un politicien français dont elle eut deux enfants. Elle rédigea une autobiographie à succès relatant l’histoire du réseau Lacoste. Elle n’y fit aucune mention de Charles Henderson et ses agents. Le livre fut adapté sur grand écran par un réalisateur français et fit l’objet d’un téléfilm produit par la BBC. La France, le Royaume-Uni et Israël lui décernèrent les plus hautes distinctions. Elle mourut en 2006 âgée de quatre-vingt-onze ans. Page 263, L’Ultime Combat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *