Mr Thomas

Mr Thomas (on ne connait pas son prénom) est un personnage des Henderson’s Boys faisant parti de « l’univers » de Marc Kilgour.

Son histoire

Mr Thomas apparaît pour la première fois au chapitre trois de L’évasion, le premier tome d’Henderson’s Boys. Il est alors le directeur de l’orphelinat où vivait Marc. Il n’hésitait pas à battre les orphelins, faisant de lui un homme violent et détesté.

La porte du bureau, de l’autre côté du couloir, s’ouvrit et le directeur, un homme solidement bâti, apparut en tenant par le cou un enfant de sept ans en pleurs prénommé Jean. D’un geste brusque, il envoya valdinguer le jeune garçon qui s’affala sur le dallage de la cuisine. Visiblement content de lui, il passa sa main sur son crâne chauve et luisant.
Sœur Madeleine regardait d’un air horrifié les zébrures écarlates dans le dos du garçon.
– Badigeonnez de la teinture d’iode sur ses coupures ma sœur, ordonna M. Thomas, pendant que Jean s’accrochait au bord de la table pour se relever. Toi, ajouta-t-il, si tu mouilles encore ton lit, tu dormiras dehors dans le poulailler. Pages 28-29

Nous le retrouvons quatre tomes plus tard, dans Le Prisonnier. Il profita de l’invasion allemande pour collaborer et grimper dans l’échelle sociale, lui permettant de diriger le service des réquisitions de la préfecture. S’habillant richement et ornant fièrement une francisque (symbole adopté par le gouvernement de Vichy), il mena la vie dure à Morel et sa ferme:

Lorsque mes ouvriers agricoles ont été réquisitionnés pour partir à la guerre, il (Mr Thomas) a exigé des sommes folles en échange des services des résidents de l’orphelinat. Comme chacun a pu le constater, son train de vie a grimpé en flèche, preuve qu’il détournait une grande partie de cet argent. Lorsque l’archevêché a découvert le pot aux roses, Thomas s’est convaincu que je l’avais dénoncé […]. Pages 175-176

Francisque

Depuis, Mr Thomas envoya régulièrement ses agents du service de réquisition pour vérifie que Morel ne cacha pas une partie de sa production.

Ils ont épluché mes registres, fouillé les granges et compté les choux-fleurs. Un jour, ils ont même pesé le fumier pour s’assurer que je ne possédais pas davantage de bétail que je n’en déclarais. Page 175

Heureusement, ses agissements s’arrêtèrent dans Tireurs d’élites. Et pour cause:

 A l’instant où Marc se saisissait d’une lourde poêle à frire […], Thomas, percevant un mouvement du coin de l’œil, fit volte-face […].
– Toi ! gronda-t-il, les yeux grands comme des soucoupes. Sale petit bâtard insolent.
[…] Lorsque Thomas passa à l’attaque, Marc esquiva sa charge puis lui asséna un formidable coup de poêle au niveau de la tempe.
L’homme s’effondra comme une masse. Page 209

Après lui avoir donné deux capsules de cyanure, Marc maquilla la scène pour faire croire à un suicide. Preuve du succès, la gendarmerie française n’a jamais cherché un meurtrier.

C’est ainsi que succomba Mr Thomas, traître à la nation et un crapule de la pire espèce.

Sa maison

Vous pouvez découvrir la maison de Thomas mais également les alentours dans ce fichier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *