Que lire pendant les vacances d’été 2014 ?

Ca y est, ce sont les grande vacances ! Qui dit vacances dit soleil, plage et détente !

Et pour ce détendre quoi de mieux qu’un bon livre ?

Ainsi, pour attiser vos envies de lecture, que ce soit sur la plage ou au soleil, ou encore allongé sur un transat, je vous propose de découvrir les romans au top du moment !

 

Commençons avec RushRush, c’est la nouvelle série au top signée Phillip Gwynne, et publiée aux éditions Casterman. A travers cette série de 6 tomes, dont deux sont déjà parus en France, vous pourrez découvrir les aventures de Dominic, un ado mêlé dans une affaire avec la mafia…

1. Sans plus attendre, voici donc un résumé du tome 1 de Rush, intitulé « Dette de sang » :

Dominic est un adolescent australien à la carrure athlétique. Il a une vie paisible jusqu’au jour de ses 15 ans… Ce jour même, son père et son grand-père lui révèlent que sa famille a une dette… envers la mafia. Chaque génération doit accomplir 6 contrats sous peine de subir un terrible châtiment et cette fois-ci, c’est au tour de Dominic.

 

Intéressé(e) ? Cet ouvrage est disponible au prix de 15€ en librairie ou sur le net à 14,25€ sur les site FNAC et Amazon.

 

2. Poursuivons avec le tome 2 de cette même série, intitulé « Nuit noire », dont voici un résumé :

Dom, tout juste remit de son premier contrat, reçoit des nouvelles de sa dette. Mais cette fois-ci, le contrat lui semble insurmontable… Son objectif : éteindre pendant une heure entière toutes les lumières de Gold Coast le soir de la manifestation écologiste « Une heure pour la planète », qui se déroule une semaine jour pour jour après la réception de cette seconde dette.

 

Ici encore, la suite de Rush est disponible au prix de 15€ en magasin, ou à 14,25€ sur Amazon.

 

3. Divergente, vous connaissez ? C’est une des séries au top chez les jeunes en ce moment. Tellement au top qu’elle vient d’être adaptée au cinéma. En voici donc le résumé :

Tris est une ado de 16 ans et vit dans un monde post-apocalyptique. Elle est sur le point de faire un choix crucial pour le reste de sa vie. Cependant, celle-ci à la suite d’un test d’aptitudes, est considérée comme « divergente ». A partir de ce moment, elle est en danger de mort.

 

Divergente est disponible à 16,90€ en librairie, ou à partir de 16,06€ sur Fnac.com.

A noter que la série compte 3 tomes, et que les tomes 2 et 3 sont eux aussi disponibles au même prix en magasin, ou à partir de 16,06€ sur le même site.

 

4. Naturellement, il n’est jamais trop tard d’attaquer la série de 3 tomes, Hunger Games, de Suzanne Collins, adaptée au cinéma en 4 films.

Dans un futur sombre, sur les ruines des États-Unis, un jeu télévisé est créé pour contrôler le peuple par la terreur.
Douze garçons et douze filles tirés au sort participent à cette sinistre télé-réalité, que tout le monde est forcé de regarder en direct. Une seule règle dans l’arène: survivre, à tout prix.

 

Les trois tomes sont disponibles au prix de 18,15€ en librairie, à partir de 17,25€ sur Fnac.com et 17,24€ sur Amazon.

 

5. Et tout naturellement, c’est aussi l’occasion de (re)lire CHERUB et Henderson’s Boys (pour ceux qui n’auraient pas fini les séries :D), en poche (6,95€) ou en grand format (15€).

Bien évidemment disponibles en magasins ou sur les sites FNAC et Amazon (CHERUB), et de même pour Henderson’s Boys : FNACAmazon.

 

 

Et vous quelles seront vos lectures cet été ? N’hésitez à nous les partager en commentaires 🙂

Interview d’Antoine C., l’interprète de James

Suite à la sortie de notre second moyen-métrage, Trafic, accueilli avec un certain engouement par vos critiques, La Tribune de The Cherub District a pris l’initiative d’interviewer Antoine C., l’interprète de James Adams dans les deux derniers fan-films de The Cherub District, à savoir 100 jours en enfer et Trafic. Dans cette interview réalisée par la rédaction, nous avons abordé plusieurs thématiques avec Antoine, à savoir la naissance du projet, le tournage du film et de la bande-annonce, l’ambiance et le ressenti de ce dernier entre autres…

N’attendons pas plus longtemps, et abordons le sujet de cet article, l’interview. Bonne lecture !

 

-La Tribune : Bonjour Antoine ! Merci de nous accorder cette interview. Première question : Peux-tu te présenter pour celles et ceux qui ne te connaissent pas encore ?

-Antoine : Bonjour ! Donc pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis Antoine Chiari, l’acteur qui joue James Adams dans les deux films de The Cherub District.

-La Tribune : Peux-tu nous rappeler comment le projet des films Cherub a vu le jour ?

-Antoine : Au départ, j’ai contacté Louis (Créateur de CampusCherub.com) pour lui parler d’un projet de court métrage sur le thème de Cherub. Après l’avoir mis en oeuvre avec un ami, Louis m’a fait part de son envie de réaliser un court-métrage sur le premier tome de Cherub : 100 jours en enfer. Je l’ai aidé à mettre en oeuvre le projet et je suis devenu l’acteur interprétant James Adams. Nous avons tourner pendant 1 semaine intense. Après ce tournage, on a décidé de tourner Trafic l’année suivante pour une durée cette fois-ci 2 semaines, dans le but de tourner un film beaucoup plus long.

-La Tribune : Comment es-tu devenu James, personnage phare de la série ?

-Antoine : C’est tout simplement Louis qui m’a proposé le rôle.

-La Tribune : Qu’est-ce que ça fait d’interpréter James ?

-Antoine : C’est assez cool de pouvoir interpréter le héros de Cherub, mais c’est aussi compliqué, car il est difficile de pouvoir agirez penser comme James.

-La Tribune : Est-ce compliqué de jouer ce personnage ? As-tu eu des difficultés à rentrer dans la peau de James ?

-Antoine : Oui, comme je l’ai dit plus haut. James est un garçon qui a eu une enfance difficile et qui ne réagit pas forcément comme je réagirais personnellement.

-La Tribune : Quel fut le meilleur tournage entre 100 jours en enfer et Trafic ? Pourquoi ?

-Antoine : Clairement Trafic. L’ambiance était plus sympathique et conviviale que celle du tournage de 100 jours en enfer car on se connaissait tous déjà. Lors du premier tournage, j’étais très timide contrairement au second où j’ai été beaucoup plus « extraverti ».

-La Tribune : Comment se déroulaient les tournages ? Quelle était la journée type ?

-Antoine : On se retrouvait tous dans l’appart’ à Perpignan qu’avait loué l’équipe. Et on discutait de ce qu’on allait tourner puis on allait tourner. Les tournages se déroulaient dans le professionnalisme, et surtout dans la rigolade.

-La Tribune : Comment était l’ambiance sur ces deux tournages ?

-Antoine : Sur le premier, elle était un peu tendue, mais sur le second, elle était très détendue même si parfois c’était très éprouvant.

-La Tribune : Comment réagis-tu face à la critique dans l’ensemble positive pour ce second tournage ? En es-tu surpris ?

-Antoine : Je suis vraiment content des critiques vis à vis du film. Et effectivement, je suis un peu surpris que le film est un tel succès.

-La Tribune : Quelle est la recette de cette réussite selon toi ?

-Antoine : Je pense que c’est l’implication qu’il y a eu dans ce projet, mais également l’énorme travail fourni.

-La Tribune : Pourquoi avoir décidé de faire un film d’une trentaine de minutes pour Trafic contre un trailer d’à peine quelques minutes pour 100 jours en enfer ?

-Antoine : J’ai l’impression que 100 jours en enfer n’a été qu’un entraînement. Après l’avoir réalisé on a vu que l’on pouvait faire plus long et mieux.

-La Tribune : As-tu un souvenir particulier des tournages à nous faire partager ?

-Antoine : Oui, par exemple, sur le tournage de Trafic, quand on a tourné dans « la villa », on a dû boire un verre avec Junior après être rentré d’un parc d’attraction comme l’indiquait le scénario. Pour rigoler, on a mit du colorant dans nos verre. Au final, nos bouches étaient complètement teintes de bleu et de vert. Autre exemple, quand on a tourné la scène où l’on se faisait taper dans la rue à l’arrêt de bus par les skinheads avec Anna (actrice jouant le rôle de Kerry ndlr.), plusieurs passants sont venus nous voir pour nous demander si tout allait bien et s’il ne devaient pas appeler les pompiers.

itw antoine langues

-La Tribune : Seras-tu de la partie pour le tournage d’Arizona Max ?

-Antoine : Vu que je ne suis pas un très bon acteur, j’aimerais bien que quelqu’un d’autre puisse assurer le rôle principal. Mais j’aimerais quand même participer, peut-être dans un rôle secondaire.

-La Tribune : Quelques mots pour les fans qui ont suivi le trailer et le film ?

-Antoine : Merci à tous ! C’est grâce à vous que ça continue !

-La Tribune : Le mot de la fin ?

-Antoine : VACANCES !!!!! 😀

 

 

Vous souhaitez remplacer Antoine pour interpréter James ou vous désirez tout simplement participer au projet Arizona Max ? Contactez Hugo Martinez, responsable du projet par mail à hugomartinez@gmx.fr !

Un titre dévoilé pour Henderson’s Boys 7 !

HB7 angOn connait désormais le titre définitif du septième et dernier tome de Henderson’s Boys, la série dérivée de CHERUB.
Ce dernier, qui paraîtra le 3 septembre prochain en France, en Belgique et en Suisse, et qui marquera la fin des aventures de  Charles Henderson et de ses agents, portera donc le nom de… Terre Brûlée !
Sans grande surprise, l’éditeur Casterman nous propose donc une tradition littérale de l’anglais, où ce même 7ème tome, sorti en février 2013 en Angleterre, porte le nom de « Scorched Earth ».
Cependant, soulignons que le titre L’Ultime combat aurait été envisagé provisoirement avant d’aboutir à ce titre définitif.

À présent, tentons  de comprendre le titre de ce tome, et cette notion de « Terre brûlée ».
Durant les périodes de guerre, la politique dite « de terre brûlée » consiste à détruire un maximum de biens ennemis possible.

Guerre du Viêt-Nam (Source: Wikipedia)

 

Évidemment, comme l’indique son nom, cette destruction de masse se fait par le moyen du feu, et par le biais de l’essence ou tout autre combustible.
Cette politique de terre brûlée fut utilisée au cours de nombreuses guerres, la plus fameuse et marquante restant bien sûr la guerre du Viêt-Nam, où le napalm était dûment utilisé pour ravager un maximum de terres et de biens, dans le but d’affaiblir l’adversaire pour l’empêcher de contre-attaquer.
Durant la Seconde Guerre Mondiale, cette technique fut également utilisée par l’URSS lors de l’invasion par l’ouest. Nos agents se retrouveront-ils en terre soviétique ?

 

Complémentaire à cet article, voici donc un résumé proposé par Bastien, responsable du pôle Database de The Cherub District:

JUIN 1944
Les alliés ont atterri dans le Nord de la France. Henderson et son équipe s’engagent dans une mission de sabotage des conduites d’alimentation allemandes. Mais les nazis reculent et deviennent plus brutaux, ce qui rend la mission finale de l’équipe d’Henderson encore plus dangereuse.

 

Il est ainsi plus simple de comprendre ce titre, ainsi que la notion qui l’accompagne !

Plus que quelques semaines à attendre pour découvrir la fin de la série ! A noter que le tome 4 de Henderson’s Boys, Opération U-Boot paraîtra également le 3 septembre en version poche !

Des coffrets découverte à l’effigie de CHERUB et Henderson’s Boys !

La nouvelle vient de tomber chez The Cherub District.

Alors que le tome 1 de Cherub, 100 jours en enfer, est déjà paru à 2 reprises en édition collector, en novembre 2011, et en octobre 2013, nous apprenons qu’un coffret collector spécial CHERUB sera disponible dans toutes les bonnes librairies dès ce 29 octobre 2014 !

On anonce dès à présent ce coffret comme  » de découverte », c’est-à-dire pour les nouveau lecteurs de CHERUB qui souhaiteraient découvrir les grands débuts de James Adams, à travers les premiers tomes de la série. Le coffret sera donc disponible pour la modique somme de 15€, et le site de vente en ligne Amazon propose dès maintenant celui-ci en pré-vente, à un prix de 14€25, soit une (énorme) réduction de 5% !

C’est alors que vous nous direz : « Génial ! C’est une très bonne initiative pour pouvoir posséder les 2 premiers tomes de CHERUB ainsi que des pages bonus exclusives, ou encore de faire découvrir cette géniale série à des amis ! »

C’est ici que nous vous répondons : « Ce n’est pas tout ! »

En effet, Casterman ne s’arrête pas là ! L’éditeur belge a également prit l’excellente initiative de proposer un second coffret « de découverte », mais cette fois-ci, à l’effigie de la série dérivée de CHERUB, Henderson’s Boys. Ici encore, une belle occasion se présente à tous les nouveaux lecteurs qui souhaiteraient découvrir les origines de l’organisation de Charles Henderson.

A noter qu’ici encore, le coffret est disponible sur Amazon pour une parution le 29 octobre 2014, au prix de 14€25, soit une réduction de 75cts.

 

N’hésitez plus ! Voici une nouvelle occasion de (re)découvrir CHERUB et Henderson’s Boys à un prix modique, ou encore de faire découvrir ces séries à vos amis, familles, …

Rétrospective de l’année 2012

2012… Une nouvelle année haute en couleur dans le monde de CHERUB !

Retour sur cette année, à travers une 9ème et avant dernière rétrospective pour ce mois spécial « 10 ans de Cherub » !

 

EN FRANCE

Pour les Français lecteurs de CHERUB et de ses dérivés, 2012 est une nouvelle grande année.

2012, c’est  en France le lancement de la suite directe de CHERUB, avec le 13ème tome et 1er de la série Aramov, Le Clan Aramov, paru le 4 janvier de la même année, pour bien démarrer l’année de la fin du monde. Les Français découvrent ainsi les aventures de Ryan seulement 5 mois après leurs voisins anglais.

Seconde sortie de l’année, et c’est assez inédit pour le souligner, la France, la Belgique et la Suisse sont les premiers à découvrir la bande dessinée CHERUB le 11 avril 2012, consacrée au 1er tome de la série, 100 jours en enfer pour les francophones.

De même, la dernière sortie de l’année est celle du tome 8 1/2, Soleil Noir, paru le 17 octobre, nous contant la soirée mouvementée de George, jeune agent en charge d’enquêter sur un des membres du redoutable réseau Soleil Noir. Ce dérivé parait donc plus de 4 ans après la parution du même ouvrage au Royaume-Uni.

Le même jour, 17 octobre, les lecteurs de Henderson’s Boys découvrent le 5ème tome de la série éponyme, intitulé Le Prisonnier.

 

EN ANGLETERRE

Au Royaume-Uni, multiples également sont les sorties.

L’année commence avec la sortie du 5ème tome de Henderson’s Boys, The Prisoner, en février.

Les sorties continuent en août de l’autre côté de la Manche, plus précisément le 2 août, avec une double-parution : – la bande dessinée The Recruit, dessinée par John Aggs et rédigée par Ian Edington sous la tutelle de l’auteur, Robert Muchamore.                                                                                                                                                            – Guardian Angel (L’Ange Gardien en français), le 14ème tome de CHERUB, et second tome de Aramov, contant la suite des aventures de Ryan.

Enfin, le 1er novembre, c’est la sortie du 6ème tome de Henderson’s Boys, One Shot Kill, 9 mois après la sortie du tome précédent, portant à deux tomes parus sur l’exercice 2012.

 

EVENEMENTS

Pour la première fois depuis de nombreux mois, Robert Muchamore, l’auteur, est de retour en Europe de l’Ouest pour une séance de dédicaces à Bruxelles, le 18 avril, à la librairie Filigranes. Cette séance sera pour lui l’occasion de promouvoir les multiples sorties Henderson’s Boys et CHERUB, avec notamment le début de Aramov ou la BD CHERUB. http://cherubdistrict.com/tribune/en-direct-suivez-minute-par-minute-la-seance-de-dedicace-de-robert-muchamore-a-bruxelles/

C’est également l’année d’une des plus grandes tournées de Muchamore, en Irlande. Elle dura 9 jours, et 11 séances de dédicaces furent organisées : http://cherubdistrict.com/tribune/en-direct-suivez-minute-par-minute-la-seance-de-dedicace-de-robert-muchamore-a-bruxelles/

Enfin, Robert Muchamore nous fera l’honneur de nous accorder une interview de 20 minutes, que vous pouvez (re)découvrir ici → http://youtu.be/cu67U3HhLmE

 

C’est tout pour l’année 2012 ! On vous donne rendez-vous dans deux jour pour découvrir la 10ème et dernière rétrospective de ce mois spécial, concernant l’année 2013 !