Baptiste Payen : « Une BD Henderson’s Boys ? J’adorerai bosser dessus »

Dans le monde de CHERUB, c’est désormais LA grosse sortie de l’année. Les romans graphiques de Casterman sont devenus depuis deux ans l’unique exclusivité d’un univers conclu par la sortie de l’ultime mission en novembre 2016. Pour cette « proposition » de Chute Libre, dixit Baptiste Payen, le Chambérien, scénariste des albums 2 et 3, s’est également vu confier le scénario et la coloration, son partenaire David Combet vaquant à d’autres projets. Pour cette 4e adaptation, disponible depuis ce mercredi 12 juin, The CHERUB District est revenu avec Payen sur ce lourd projet porté quasiment par un seul homme. Le trentenaire revient également sur ses différenciations avec Combet, l’accueil des fans sur son travail, tout en ouvrant la porte à un autre projet : réaliser une BD Henderson’s Boys.

Première question d’introduction : comment trouves-tu l’histoire de Chute Libre ?

Pour le moment, j’ai lu jusque Chute Libre : je n’ai pas encore pu prendre le temps de lire les suites. J’ai dû lire 30 pages des Survivants (le tome 5) pour l’instant. Cette mission, je l’ai trouvée assez intéressante concernant la psychologie de James, le titre français n’est pas un hasard. Intéressant de voir comment il encaissait son statut d’agent, celui d’ado en plein questionnement et son statut d’orphelin. On voit que le rapport aux autres est impacté. Donc sur la psychologie des personnages, Chute Libre est très pertinent. Sur l’histoire, honnêtement, j’ai moins accroché que Arizona Max, mon tome préféré. Mais l’idée de partir sur une mission banale avant de voir les personnages s’adapter aux événements, j’ai trouvé ça vraiment intriguant. Et avec le travail de Robert Muchamore, c’est super fluide en fait : on lit, on lit, on lit, et à la fin, on se rend compte que c’est terminé.

As-tu eu une documentation particulière pour recréer le style british de Muchamore, époque 2005-06 ?

Pour les décors, je commence toujours par faire un tour sur Google Street View. Robert Muchamore décrit des lieux fictifs, mais qui sont toujours bien référencés. Street View me permet donc d’avoir une première idée : je m’imprègne et après j’improvise. Ma conception de la BD, c’est que le décor doit servir le récit, il doit être le personnage supplémentaire. Donc ce n’est pas toujours fidèle à la réalité, même si je peux comprendre ceux qui privilégient la conception ultra-réaliste.

Tu as cherché à copier les dessins de David Combet ou tu as préféré distiller ton propre style ?

Forcément, je me suis inspiré du travail de David. Sur le design, on est assez proches mais sur la finalisation, ça n’a plus rien à voir : je suis plutôt bourrin, assez barbare, donc c’est beaucoup moins propre que lui même si j’ai essayé de cleaner ça pour correspondre. J’ai repris les designs de David pour commencer, puis après la question s’est moins posée au fil de l’ouvrage. Je pourrais forcer le style pour lui ressembler mais ça me prendrait un temps infini. Surtout ce n’est pas intéressant de dessiner en recopiant quelqu’un pendant tout un ouvrage de 122 pages, sachant que David pourrait légitimement m’en vouloir.

Sur le dessin, qu’est-ce qui vous différencie ?

J’ai un travail qui est plus aléatoire, où les personnages changent un peu plus que dans les pages de David : mon trait est vraiment plus barbare. Je fais un trait au pinceau à l’encre de Chine, donc ça ouvre un peu plus à l’accident que sur le travail de David qui est en tout numérique. Ce sont deux façons de faire donc fatalement deux rendus différents. J’ai naturellement des ambiances plus claires que le travail de David, qui a tendance à beaucoup saturer et à foncer les couleurs. On va dire que mes ambiances sont légèrement plus réalistes. Mais sur certaines scènes, j’ai essayé de coller à ce qu’il avait fait pour faire des rappels de son travail.

As-tu cherché à vieillir les personnages par rapport à Arizona Max ?

Non, je n’ai pas essayé de les grandir, même si en refeuilletant l’album, je trouve que j’ai un peu trop grandi Lauren sur certains cases. Après, depuis le tome 1 avec John Aggs, les personnages ont l’air plus vieux que l’âge réel. Si on continue la série, je pense que je vais les maintenir à la taille de Chute Libre sur l’album suivant avant de les refaire grandir.

En solo, j’imagine que la pression est plus grande…

La pression non, parce que l’éditeur a été très bienveillant sur ce travail-là. C’est plutôt le temps qui est difficile à gérer, et Casterman ne m’a pas forcé à respecter les délais, c’est plutôt l’inverse : ils ont accepté que je dépasse la date initiale. Je me met la pression tout seul, ça suffit bien ! (rires) Je pense que je vais être le plus sévère sur le résultat. Là j’ai été super bien accompagné par l’éditrice qui me disait même « tant pis, envoie moi des trucs plus tard mais pense à dormir aussi ».

Avec le recul, tu préfères le travail en duo ou en solitaire ?

Je préfère travailler en équipe. Si j’ai repris le dessin, c’est aussi pour garder la place au chaud pour David, s’il veut revenir sur les tomes suivants. C’est toujours plus agréable de travailler en équipe, d’échanger, de faire des propositions de storyboard et de voir comment quelqu’un de talentueux comme David s’en empare. D’habitude, soit je dessinais pour un scénariste, soit j’écrivais pour un dessinateur. Là c’était la première fois que je m’occupais du scénario, du dessin, de la couleur. C’est une nouvelle expérience sur mon CV. La prochaine étape, c’est de refaire tout ça avec un scénario personnel. Après, je vais continuer à faire des BD en solo, mais j’espère en refaire en équipe.

Muchamore x Payen

Avec David Combet, vous avez pu faire des dédicaces dans la région de Lyon et même une à Londres avec l’auteur : quelles ont été les réactions des fans concernant Trafic et Arizona Max ?

Sur un projet comme ça, on a toujours la trouille de décevoir les gens qui ont adoré le bouquin. Et après avoir échangé avec des fans, ils nous disent « on ne voyait pas les personnages comme ça, on ne voyait pas l’histoire comme ça ». Mais ils prennent toujours ce qu’on propose comme une interprétation et une proposition par rapport à l’univers de CHERUB, et non pas comme LE visage officiel des personnages. C’est vraiment une proposition parmi les fanfictions qui ont pu être faites. Au final, je m’attendais à une communauté de lecteurs beaucoup plus sévère alors qu’il y a une grande bienveillance.

Est-ce que ce n’est pas aussi une question d’époque ? J’ai ce sentiment, avec les BD CHERUB, que vous êtes un peu arrivés après « la bataille ». Dans le sens où comme la série est terminée, il y a beaucoup moins d’exigence que si les albums étaient sortis il y a 10 ans.

C’est possible. Peut-être que les fans hardcores se sont détendus, parce qu’ils ont attendu tellement longtemps pour une adaptation dessinée. Il y a peut-être plus de tolérance en se disant « nous on a grandi, nos personnages aussi, et cette proposition est l’occasion de se replonger dans l’univers ».

Est-ce que toi, personnellement, ça t’intéresserait de travailler sur une adaptation BD de Henderson’s Boys, avec des décors plus exigeants et cette idée de recréer le sentiment de la Seconde Guerre mondiale ?

J’adorerai bosser dessus, je ne l’ai pas caché à Casterman ! (rires) Je ne sais pas s’ils l’ont noté, mais en tout cas je ne le cache pas. C’est un univers, comme tu le dis, plus exigeant historiquement parce que moins varié au niveau de l’iconographie qu’on peut avoir de cette époque. J’ai déjà fait une BD historique sur la Résistance avec Olivier Jouvray chez Glénat (Résistants oubliés, 64 pages, 2015) et c’est vrai que le travail de recherche et de documentation est assez passionnant. Même si parfois c’est flippant parce qu’on voit des images horribles. J’ai aussi fait une BD sur la Première Guerre mondiale (Turcos, le jasmin et la boue, 48 pages, chez Tartamudo, 2011), là c’est encore pire ! Mais pour la Deuxième Guerre mondiale, les sources sont inépuisables avec les passionnés d’histoire qui font des reconstitutions. Il y a vraiment de quoi faire, j’adorerai travailler sur cette série…

Est-ce que tu as signé pour d’autres albums et notamment pour Les Survivants, l’un des tomes préférés des fans ?

Il n’y a encore rien de planifié pour la suite. J’attends d’avoir des nouvelles de Casterman pour savoir si on poursuit ou pas. Évidemment, si l’éditeur est partant, je suis partant aussi. Mais pour l’instant, c’est juste en discussion.

EXCLU – Ne lisez plus CHERUB : écoutez-la !

Après la sortie française de 100 jours en enfer en grand format (2007), en poche (2009), en BD (2012), en édition collector (2011, 2013, 2016), ou en coffret (2014), le tome 1 de CHERUB se voit ressortir dans un nouveau format : en livre audio.

On connaissait déjà les livres audio de CHERUB en langue anglaise, contés notamment par Julian Rhind-Tutt, mais en langue française, c’est totalement une nouveauté !

La particularité de cette sortie, comparée aux autres éditions citées en introduction, est qu’elle n’est pas éditée par Casterman. En effet, c’est Gallimard Jeunesse, pourtant concurrent d’Hachette (et donc de Casterman) qui s’est chargé de réaliser la version audio.

D’une durée d’écoute d’environ 7h30, l’audio est disponible depuis ce lundi en téléchargement pour 14,99€, ou gratuit avec l’offre d’essai d’Audible. La version matérielle, en CD, sera disponible le 2 novembre prochain au prix de 19,90€. Voici la description faite par Gallimard :

James, placé dans un orphelinat sordide à la mort de sa mère, ne tarde pas à tomber dans la délinquance. Il est alors recruté par CHERUB et va suivre un éprouvant programme d’entraînement avant de se voir confier sa première mission d’agent secret. Sera-t-il capable de résister 100 jours ? 100 jours en enfer…
CHERUB est un département ultrasecret des services de renseignements britanniques composé d’agents âgés de 10 à 17 ans.
Julien Frison nous emporte dans l’univers palpitant de CHERUB, et met en voix le franc-parler et l’humour adolescent, sans niaiserie.

L’écoute en classe de ce CD est autorisée par l’éditeur.

Julien Frison, né en 1993, est un acteur belge vu notamment dans Odette Toulemonde, Le Fantôme de Canterville ou dans Nos chers voisins. Il est depuis mai 2016 pensionnaire de la Comédie Française.

 

Si vous avez des amis malvoyants ou que vous appréciez l’ASMR, voilà un achat qui pourrait vous être utile. Après les versions papiers ou imagées, découvrez les débuts de James à CHERUB sous un autre format !

Les premières images d’Arizona Max dévoilées

Dans une excellente interview à Branchés Culture, Baptiste Payen et David Combet, les deux visages de l’adaptation BD de CHERUB, ont dévoilé les premières images d’Arizona Max.

Revenons d’abord sur l’interview qui livre des informations intéressantes.

On apprend ainsi que David Combet avait d’abord réaliser un test pour adapté à un autre roman jeunesse de Casterman, avant que l’éditeur belge ne lui propose CHERUB.
Baptiste Payen est également revenu sur la posture à adopter, alors que la première BD, anglaise, fut publiée en 2012, soit cinq ans après Trafic:

Nous nous sommes posé beaucoup de questions par rapport à la continuité de la série, puis nous avons décidé de ne pas tenter de coller absolument au tome précédent : nous aurions pris le risque de ne pas maîtriser ce que nous aurions fait. Nous avons pris le parti de rappeler les informations nécessaires à la définition de l’univers de CHERUB dans ce tome 2, et c’est aussi ce que fait Robert Muchamore dans le roman avec le texte d’introduction. Lire le tome 1 enrichit la lecture du tome 2, mais n’est pas absolument nécessaire à la compréhension. Le fait de considérer ce tome 2 comme « notre » tome 1 nous a permis de ne pas avoir réellement la sensation de poursuivre une série, mais simplement de proposer notre vision de cet épisode.

L’interview, réalisée par Alexis, s’est arrêtée sur la question générationnelle, Trafic se déroulant en 2004 (treize ans !!). Un mini-gouffre, au point d’apporter quelques retouches ?

Baptiste Payen : Je n’ai pas tellement touché au comportement des personnages, CHERUB repose sur des stéréotypes qui sont encore d’actualité pour véhiculer des messages simples, j’aurai eu du mal à changer cela et j’aurai sans doute eu l’impression de ne pas respecter le roman. De son côté, David a modernisé l’univers en faisant coller son dessin à des références un peu plus contemporaines.

Si on vous livre les « bonnes feuilles » de l’entretien, on vous recommande vivement de lire en intégralité l’article chez Branches Culture, qui parle de nombreux sujets passionnants.

Un article tellement complet qu’il a proposé en exclusivité deux visuels d’Arizona Max, qui devrait paraître vraisemblablement au premier semestre 2018 (on met une pièce sur avril), qui s’ajoute à la première illustration publiée sur l’Instagram de David Combet.

Le PEI de Lauren Adams, dans le grand froid de l’Amérique du Nord.

Sur la route de Phoenix, ohohohoh…. (bon ok, c’est pas vraiment les paroles)

Deux visuels très sympathiques qui met l’accent sur le dépaysement, notamment comparables à Trafic, que se déroulait exclusivement en Angleterre.

Vous êtes prêts à retrouver Dave Moss, Oxford mère et Oxford fils, sans oublier Paula Partridge ou la famille Little ? Rendez-vous en 2018 !

OFFICIEL: il y aura une BD Arizona Max

C’est officiel: quelques mois après la sortie de l’adaptation dessinée de Trafic, une suite est en cours de réalisation.

En avril 2016, nous étions les premiers à vous annoncer qu’une suite à la première BD était en projet. Aujourd’hui, bis repetita: on peut vous confirmer que vous pourrez retrouver en images les aventures de James en Arizona.

L’information nous vient de David Combet, le désormais dessinateur attitré de CHERUB (pour notre plus grande joie), qui a posté un petit teasing sur son compte Instagram:

Une première image qui nous confirme que le projet avance bien puisque David Combet se charge déjà du dessin et de la mise en couleur.

Sauf surprise, on devrait retrouver son compère Baptiste Payen en charge du script, lui qui expliquait en mars dernier à cherubcampus.fr apprécier particulièrement Arizona Max:

J’ai lu jusqu’au tome 4 pour la réalisation du tome 2, je pense lire tranquillement la suite pour pouvoir échanger un peu autour de la série lors des salons et dédicaces, pour l’instant, c’est Arizona Max qui m’a le plus plu.

Si aucune autre information n’a filtré, on peut penser que la troisième BD pourrait sortir un an après Trafic, pour avril 2018.

D’ici-là, vous ne raterez évidemment rien de l’avancé du projet avec The CHERUB District, sur le site comme sur les réseaux sociaux (@cherubdistrict) !

L’édito du printemps #7: La BD Trafic, comme un air de déjà-vu

Alors que la deuxième BD de la saga sort aujourd’hui dans toutes les bonnes librairies, j’ai eu la chance de lire en avant-première grâce à Casterman Trafic, de Baptiste Payen et David Combet. L’occasion d’écrire un édito aussi tranché que les précédents.

Pouvait-on se plaindre d’une nouvelle sortie dans l’univers CHERUB ?
Depuis février 2007, date de publication de 100 jours en enfer, nous avons droit à une nouveauté moyennement tous les trois mois, entre poche, grand format, Henderson’s Boys et donc BD. Et alors que certains fans ont raccroché définitivement après le tome 12, d’autres après Commando Adams et que certains attendent la sortie du tome 17 en poche pour s’arrêter, une partie des quelques milliers de lecteurs francophones sont tentés par cette BD. Cet édito a donc pour but de vous dire, ni plus ni moins, si oui ou non vous devez vous procurez ce comics.

BLEU-BLANC-VERT !

La première chose qui m’a frappé, avant même d’entamer la lecture, ce sont les couleurs. Il suffit de feuilleter successivement les 125 pages de l’ouvrage pour sentir immédiatement que l’histoire sera vivante. Rien que pour ça je félicite David Combet pour son travail car cela ajoute un plus indéniable, notamment par rapport au travail de John Aggs pour la première BD.

Je mets également un point d’honneur à faire des couleurs très « ambiancées » selon le moment et l’endroit où se déroule l’action. Faire de l’herbe verte et des ciels bleus ça m’ennuie un peu, alors je m’amuse à les faire avec toutes les autres couleurs ! David Combet pour cherubcampus.fr

Et une fois la lecture entamée, effectivement, au fil des scènes, on en a plein les yeux: de l’orange, du noir, du vert, du violet, du rouge, du bleu. À chaque scène, à chaque lieu ses couleurs, son ambiance. Evidemment, je ne m’improvise pas expert en BD (même si j’ai tous les Tintin, Astérix, Largo Winch ou Titeuf dans ma bibliothèque), mais je remarque un véritable travail d’ombre et de lumière réalisé par David Combet qui rend la lecture vraiment plus plaisante. Je pense à cette scène dans le parc du campus avec toute l’équipe où le jeu d’ombre rend les deux planches particulières. C’est ça qu’il faut souligner, malgré sa longueur, chaque scène de la BD est unique.

A chaque scène ses couleurs

Miami Vice

Zara <3

Poursuivons sur le travail de David Combet. Evidemment en tant que bon fan, j’ai eu cette réflexion: « Ah ce personnage, je ne le voyais pas comme ça ». Et ce qui est drôle, c’est que la réflexion s’est complètement retournée contre moi quand j’ai vu la future directrice de CHERUB: « Whoah, Zara est carrément mieux que dans mon imagination ! ». Concernant le dessin en lui-même, je dirais que les cases centrées sur un visage ou un détail précis sont vraiment sublimes, à l’inverse des cases plus éloignées du champ d’action où le dessin un peu trop « basique ».
Il y a juste une case qui m’a vraiment dérangé. C’est celle présente à la page 101 et où est représentée la ville de Miami. C’est encore le mot basique qui me vient en tête lorsque je vois la plage et les buildings très carrés et sans vie. Mise à part ça, les dessins sont parfaits. Et personnellement, je préfère le style de dessin dans Trafic plutôt que dans 100 jours en enfer.

Gerontophobia

Ceux qui suivent l’actualité du Studio savent que j’ai expliqué à Jules lors de notre dernière vidéo que Trafic était ma mission préférée.

J’ai lu le roman plusieurs fois et je connais l’histoire par coeur. Donc quand je vois le travail de Baptiste Payen, je ne peux qu’applaudir. Condenser toute l’histoire en 121 planches, c’était compliqué mais le résultat est clairement là. Mais (car il y a toujours un mais), il y a une information qui a dû être coupée et qui me semblait importante dans la compréhension complète de l’évolution des personnages. Comme on le sait tous, Nicole Eddison est gérontophobe, bref elle déteste les personnes âgées. Même si ce caractère est montré dans la BD, sans avoir lu le roman, on ne comprend pas pourquoi. Car la scène où elle explique que ses parents et ses deux frères aînés ont été renversés par un vieil homme a été coupée par Baptiste Payen au profit d’autres scènes. Ce serait le seul reproche que je pourrais faire concernant l’histoire.

Le coup de coeur

L’un des particularités de la série CHERUB, c’est son ancrage dans la vie réelle. Il y a des marques, des séries, des jeux vidéos qui existent réellement dans notre quotidien. Donc oui, quand j’ai vu dans la BD le générique des Simpson et la tête de Jack Nicholson dans Shining, j’ai pas pu m’empêcher de lâcher un sourire. Ce détail, à priori tout bête, fait clairement plaisir et montre que cette BD n’est pas une tentative d’adaptation d’un roman: c’est la version dessinée de Trafic.

Conclusion

Après ces quelques remarques vient le temps de mon ressenti. En introduction, je posais la question si l’on pouvait se plaindre d’une nouvelle sortie CHERUB. Car franchement, on aurait pu se demander si relancer la série BD était vraiment pertinent alors que la saga littéraire venait de se conclure. Et je pense que je me serais poser la question si cette BD m’avait déçu.
Je vais être honnête avec vous: quand j’ai ouvert le colis envoyé par Casterman, j’ai ressenti cette même excitation que lorsque j’allais à la librairie du coin acheter le dernier CHERUB. Et lorsque j’ai tourné la dernière page de la BD, j’ai ressenti un petit plaisir, ce plaisir que tous les fans de CHERUB ont pû ressenti après avoir terminé une mission. C’était comme un air de déjà-vu.

Alors oui il y a cette case qui était mal faite, oui il y a cette scène sur Nicole qui manquait. Oui peut-être que je ne suis pas objectif car CHERUB, c’est mon adolescence et que oui d’un point de vue psychologique, le fait de relire du CHERUB me replonge surement en adolescence. Mais au fond, je m’en fous. Moi je retiens ce sentiment, qui a duré quelques minutes tout au plus, mais qui valait franchement le coup de se procurer la BD.