EVENEMENT: (re)vivez The CHERUB District Live #4,

La rediffusion du live est disponible ICI

À quelques semaines de la sortie anglaise du dernier tome de CHERUB, nous avons décidé de créer une nouvelle fois l’événement avec le quatrième numéro de The CHERUB District #4 !

live 4

Alors que le dernier numéro a remporté un franc-succès (plus de 1000 vues!), toute l’équipe du site organise un nouveau live le samedi 9 avril dès 21h, plus long, plus interactif et toujours plus complet, comme l’indique le programme. Car The CHERUB District Live #4, c’est:

  • de l’actu avec des infos sur CHERUB 17 et sur le futur de la saga en France.
  • des débats, avec notamment nos avis sur Rock War et l’intrigue de New Guard.
  • des analyses, avec les avis tranchés de l’équipe.
  • des exclus comme l’annonce d’une surprise française début 2017.
  • des bonus concernant l’interview de Robert mais aussi l’avenir du site.
  • et bien évidemment des cadeaux ! Envie d’un t-shirt et du tout nouveau collector ? Nous te l’offrons !

Tu veux passer un moment détendu avec des fans de CHERUB ? Alors rendez-vous le samedi 9 avril prochain, dès 21h, sur notre chaîne Youtube: https://www.youtube.com/channel/UCRE9m-dZwqlLHYQMG3IM8hA

Un Mois, une Critique #6: Bodyguard, meilleure que CHERUB ?

Bonjour à tous et bienvenue dans ce sixième numéro de UMUC !

Aujourd’hui, je vais m’intéresser à une série prénommée Bodyguard, dont le premier tome est sorti le 4 mars dernier aux éditions Casterman Jeunesse. Avant toute chose, je vous laisse découvrir le synopsis et la couverture:

Devenu à 14 ans champion de kickboxing par fidélité à la mémoire de son père, le jeune Connor Reeves est recruté par une branche secrète des services spéciaux britanniques : l’organisation BODYGUARD. Il intègre une unité exclusivement composée d’adolescents formés pour assurer la protection de jeunes célébrités. Après avoir suivi un entrainement poussé et appris à apprécier l’esprit de fraternité qui unit ses nouveaux condisciples, Connor se voit confier une première mission particulièrement ardue : assurer secrètement la sécurité d’Alicia Rosa Mendez, la fille du président des Etats-Unis ! Mais la jeune fille ne songe qu’à fausser compagnie à son escorte personnelle… alors même qu’un groupe de terroristes déterminés prépare son kidnapping. Malgré son manque d’expérience, Connor saura-t-il se montrer à la hauteur ?

Comparable à CHERUB ?

Il est rare que je compare un roman ou une série à CHERUB. D’abord parce que nous savons tous qu’un seul livre ne peut être associé à une série entière mais aussi parce que la plupart des séries n’ont pas le même thème, ou le même public. Mais là, plusieurs points font que Bodyguard peut et doit être comparé à CHERUB:

  1. Car Bodyguard et CHERUB sont tous les deux des branches secrètes des services spéciaux britanniques.
  2. Parce qu’ils possèdent le même éditeur français, Casterman en l’occurrence.
  3. Car le public des deux séries sont semblables, c’est-à-dire les pré-ados.
  4. Parce que Casterman n’arrête pas de comparer les deux séries à travers ses sites web.
Capture cherubcampus

La preuve irréfutable d’une promotion rondement menée

Mon avis

Après avoir lu le premier tome, je n’en veux absolument pas à Casterman de comparer les deux séries. En effet l’ADN est identique: beaucoup d’action, un rythme élevé, des personnages surdoués mais attachants.

Et à ma grande peine, je dois avouer que ce premier tome de Bodyguard est meilleur que n’importe quel roman de la saga CHERUB. Non seulement parce qu’il possède les qualités énumérées ci-dessus mais surtout parce qu’il est plus pertinent et surtout plus d’actualité. Robert Muchamore n’a qu’effleuré le thème du terrorisme à travers Sauvez la Terre alors que Chris Bradford a mis les pieds dans le plat. Il a su reprendre avec talent les thèmes des séries américaines Homeland et House of Cards pour les intégrer dans un roman pour ados: c’est vraiment fort.

Je vous recommande donc vivement de lire Bodyguard pour ressentir le même plaisir que j’ai eu en croquant ce premier tome.

Interview de Chris Bradford

Ce livre m’a tellement plus que Casterman nous a donné l’autorisation de réaliser une interview du nouvel auteur en vogue: Chris Bradford. Au programme ? Son quotidien, sa série et….. CHERUB.

Un Mois, une Critique #4: On a lu CHERUB 16 (sans spoiler)

M-2. Dans deux mois, ou plus exactement dans cinquante deux jours, CHERUB, Mission 16 – Hors la loi sera disponible en France, en Suisse et en Belgique. Mais que vaut exactement ce nouveau tome ? Découvrez notre avis, sans spoiler:

lone_wolf

Hors la loi était un nouveau tome de CHERUB moyen. Concrètement, il a tous les éléments d’un bon livre CHERUB: des personnages forts, de l’action et des retournements sans cesse.

Même si le roman a un thème plutôt cool, celui de la drogue, il ne se démarque pas des autres. Bien évidemment, la raison principale est que ce même thème a déjà utilisé dans Mad Dogs et plus largement dans Trafic. En effet, l’histoire est la même: des agents de CHERUB infiltrent un gang spécialisé dans la livraison de drogue . C’est un peu répétitif et Robert Muchamore semble être tombé dans la facilité.

De plus, les actions se dénouent de façon trop facile, on retrouve toujours les mêmes problèmes et les mêmes tensions entre les personnages: il  n’y a plus vraiment de surprise à l’inverse des anciennes missions.

Le roman reste tout de même addictif car Robert Muchamore nous laisse sur notre faim à chaque fin de chapitres (le jeu de mots n’était pas prévu au départ !).

Il manque cette magie qui était présente dans les anciens tomes. Cela résulte sûrement de nouveau James: plus mature et moins débile comme on l’aimait.

Enfin, un élément m’a vraiment choqué: il n’y avait quasiment pas de scènes sur le campus. C’est vraiment dommage….

Louis, 19 ans, fan de CHERUB depuis 2007.

Conclusion

Après cet avis très négatif, que peut-on en conclure ?

Je pense qu’il y a deux hypothèses pouvant expliquer l’avis de Louis:

  • Un Robert Muchamore qui manque d’originalité. Nouvelle question: que peut-on raconter après dix-sept tomes (+ Soleil Noir). Après avoir exploré de nombreux sujets comme les problèmes environnementaux, le terrorisme ou encore la corruption, l’auteur de CHERUB semble manquer d’originalité en revenant à un sujet originel: la drogue. Mauvais présage pour une possible suite ?
  • Des lecteurs qui grandissent. Plusieurs années ont passé depuis la (première) lecture de 100 jours en enfer. Nous avons donc grandi et changé. Peut-être que les romans de Robert Muchamore sont toujours aussi passionnants mais ils ne nous conviennent plus ?

Quoi qu’il en soit, chacun à son opinion. Nous vous conseillons donc de lire Hors la loi pour vous faire votre propre avis de ce nouveau tome. Qui sait: peut-être que Louis a de mauvais goûts ? 😀

Alors rendez-vous le 15 janvier prochain pour les nouvelles aventures de Ryan, Ning et James !

Un mois, une critique #3: Review d’Henderson’s Boys 7 (spoilers)

Salut tout le monde ! Après avoir donné mon avis sur l’avenir de CHERUB et sur Rush, je parle à présent du dernier tome d’Henderson’s Boys intitulé L’Ultime Combat.

260 pages de plaisir

Comme après chaque livre de Robert Muchamore, il m’est arrivé une sensation: j’étais heureux d’avoir lu. Je ne sais pas si ça vous est déjà arrivé mais quelques minutes après avoir ressenti cette sensation, j’avais envie de lire la suite. Puis je me suis rendu compte qu’il n’y aurait pas de huitième tome. Et c’est là que je suis devenu nostalgique.

Tout ça pour vous dire que ce roman est, comme les six autres tomes de HB: simple, fluide et addictif. On ne peut pas dire que l’intrigue soit des plus incroyables, mais c’est avec plaisir que j’ai lu les aventures de Marc, Henderson, PT et les autres.

Quand la réalité dépasse la fiction

Je pense que le titre de cette partie de l’article résume assez bien l’histoire de la série. Bien que cette fiction est ancrée dans la réalité, je trouve que cela manquait de suspense. Et ce dernier roman nous le montre bien:

  • Quand Rosie meurt, je n’étais ni triste ni estomaqué. Car Robert Muchamore nous plante ce scénario à la page 41. Comment voulez-vous être triste alors que le personnage vient juste de faire son apparition dans le bouquin ?
  • La fin du livre, dans les rues de Paris, est décevante. On savait que personne n’allait mourir (vu que Rosie était six pieds sous terre). J’aurais préféré un final dans les rues de Berlin, à quelques pas du bunker d’Hitler. La mort d’un personnage aurait été plus crédible et plus passionnante.

Par contre, j’ai trouvé la mission contre blindés géniale ! C’était sympa de voir les agents d’Henderson dans une mission de terrain.

Au final, je pense les neuf dernières pages du livre sont les meilleures. J’ai vraiment adoré lire la biographie de chacun des agents, même si elle reste banale comparée à leur adolescence.

Conclusion: HB7, le meilleur tome ?

À cette question, je répond clairement non. Il y avait trop de saut dans le temps par rapport aux autres romans. Je vous propose donc mon classement:

  1. Tome 5: Le Prisonnier
  2. Tome 3: L’armée secrète
  3. Tome 1: L’évasion
  4. Tome 7: L’Ultime combat
  5. Tome 4: Opération U-Boot
  6. Tome 2: Le Jour de l’Aigle
  7. Tome 6: Tireurs d’élites.

N’hésitez pas à donner votre classement et votre avis sur le tome en commentaire !

On se retrouve le mois prochain pour un nouveau numéro d’Un Mois, Une Critique !

Un mois, une critique #2: Rush, meilleur que CHERUB ?

Casterman en parle depuis sa sortie en mars et son incroyable coup de pub lors de la dernière mission de la C-Zone, mais que vaut réellement Rush, après cinq mois de recul ?

Et oui, c’est la série du moment du côté de l’éditeur de CHERUB. Site officiel, panneau sur jeunesse.casterman.com, rappels mensuels sur la page Facebook d’Agence CHERUB, même traducteur que CHERUB et Henderson’s Boys; on ne peut le nier: Casterman se donne un maximum pour que Rush connaisse le même succès de CHERUB ! Il n’hésite d’ailleurs pas à le comparer directement à la série de Robert Muchamore sur le site officiel ! 

Ces éléments m’ayant un peu interloqué, j’ai donc commencé la lecture du roman que j’avais reçu auparavant (merci la C-Zone !). Petit rappel avec le synopsis du tome 1:

Dominic Silvagni est né sous une bonne étoile.
Il a de la chance : il vit au soleil de la côte australienne.
Il a de l’argent : son père est un riche homme d’affaires.
Il a du talent : ses performances sur les pistes d’athlétisme le promettent à une brillante carrière sportive.
Aujourd’hui Dom fête ses 15 ans.
Mais son premier cadeau est une terrible révélation : sa famille a une dette envers la Mafia…
une dette dont il est l’héritier !
Dom est contraint d’exécuter six contrats pour ces criminels…
ou il subira un terrible châtiment.

Critique du premier tome

Avant même de le lire, ce roman m’a fait penser une autre série qui m’avait énormément plus il y a quelques années. Cette série s’appelait (et s’appelle toujours!) Conspiration 365. Pendant 12 tomes (= 12 mois), un adolescent d’une quinzaine année devait survivre en terre australienne suite à une conspiration liée à sa famille. Coïncidence ?

J’ai donc commencé à le lire, comprenant très vite pourquoi Casterman insistait sur cette série. L’écriture est fluide et agréable, le scénario est plutôt originale et le décor est assez paradisiaque. J’ai pris un certain plaisir à tourner les pages car j’étais directement plongé dedans. En effet, on peut facilement s’imaginer à la place des personnages, ce qui ajoute un avantage à ce roman. Seulement, trois heures après, j’avais terminé le livre. « Seulement » 250 pages. Assez maigre pour le premier tome d’un longue série.

Conclusion: Rush commence par un premier tome plutôt pas mal et assez encourageant pour la suite. J’espère que la série montra en puissance même si je n’achèterai pas le second roman. En effet, Rush est une bonne série pour les 11-15 ans mais pas pour les plus âgés.

Rush, mieux que CHERUB ?

À cette question, je répond clairement NON. La série de Robert Muchamore n’a vraiment pas le même univers que celle de Phillip Gwynne. En six tomes, vous verrez beaucoup plus d’insultes et de décès dans CHERUB ! La tranche d’âge non plus n’est pas la même. Quelqu’un qui a commencé à lire CHERUB dès douze ans peut continuer la série pendant de nombreuses années. Or Rush n’est pas une série adaptée pour un adolescent de 17 ans !

Je prend plus mon pied avec CHERUB ! Il y a plus d’humour, de suspence et d’action ! Donc si je devais donner un conseil à un lecteur de 11 ans, je lui dirais de commencer par Rush pour ensuite lire CHERUB.

Avis extérieurs

Comme mon seul avis ne compte pas, j’ai posé la question suivante à Thibault, 16ans: Rush est-il meilleur que CHERUB ?

Je pense que Rush a toutes les chances d’avoir un succès considérable mais il n’est pas meilleur que CHERUB. CHERUB explore beaucoup mieux et de fait beaucoup plus les personnages et leurs personnalités. Malgré tout, le fait que dans Rush, le seul gadget d’espionnage soit l’ordinateur de la Dette et qu’il y ait justement cette menace constante rend l’aventure plus irréelle et réussi.
Avec tous les films d’espionnages qui existent depuis des années, le plot de CHERUB est presque banal. Rush inspire un certain vent de nouveauté par la menace d’un membre en moins et d’une organisation omniprésente.

Signalons également l’avis de Louis, 18 ans, qui résume en dix caractères mon avis: CHERUB > Rush.

L’actu de Rush

Son actualité est simple puisque nous connaissons (déjà!) les dates de sorties des six tomes de Rush:

  1. Dette de sang – 12 mars 2014
  2. Nuit noire – 7 mai 2014
  3. Puzzle mortel – 3 septembre 2014
  4. Contrat 4 – Mars 2015
  5. Contrat 5 – Mai 2015
  6. Contrat 6 – Septembre 2015

 

Voilà, c’est la fin de ce deuxième numéro d’Un mois, Une critique. Je rappel que vous pouvez (re)découvrir le premier, consacré entièrement à CHERUB. Le mois prochain, je vous donnerai mon avis sur les Henderson’s Boys et son dernier tome, Terre Brûlée !

À bientôt sur The CHERUB District !