Un mois, une critique #2: Rush, meilleur que CHERUB ?

Casterman en parle depuis sa sortie en mars et son incroyable coup de pub lors de la dernière mission de la C-Zone, mais que vaut réellement Rush, après cinq mois de recul ?

Et oui, c’est la série du moment du côté de l’éditeur de CHERUB. Site officiel, panneau sur jeunesse.casterman.com, rappels mensuels sur la page Facebook d’Agence CHERUB, même traducteur que CHERUB et Henderson’s Boys; on ne peut le nier: Casterman se donne un maximum pour que Rush connaisse le même succès de CHERUB ! Il n’hésite d’ailleurs pas à le comparer directement à la série de Robert Muchamore sur le site officiel ! 

Ces éléments m’ayant un peu interloqué, j’ai donc commencé la lecture du roman que j’avais reçu auparavant (merci la C-Zone !). Petit rappel avec le synopsis du tome 1:

Dominic Silvagni est né sous une bonne étoile.
Il a de la chance : il vit au soleil de la côte australienne.
Il a de l’argent : son père est un riche homme d’affaires.
Il a du talent : ses performances sur les pistes d’athlétisme le promettent à une brillante carrière sportive.
Aujourd’hui Dom fête ses 15 ans.
Mais son premier cadeau est une terrible révélation : sa famille a une dette envers la Mafia…
une dette dont il est l’héritier !
Dom est contraint d’exécuter six contrats pour ces criminels…
ou il subira un terrible châtiment.

Critique du premier tome

Avant même de le lire, ce roman m’a fait penser une autre série qui m’avait énormément plus il y a quelques années. Cette série s’appelait (et s’appelle toujours!) Conspiration 365. Pendant 12 tomes (= 12 mois), un adolescent d’une quinzaine année devait survivre en terre australienne suite à une conspiration liée à sa famille. Coïncidence ?

J’ai donc commencé à le lire, comprenant très vite pourquoi Casterman insistait sur cette série. L’écriture est fluide et agréable, le scénario est plutôt originale et le décor est assez paradisiaque. J’ai pris un certain plaisir à tourner les pages car j’étais directement plongé dedans. En effet, on peut facilement s’imaginer à la place des personnages, ce qui ajoute un avantage à ce roman. Seulement, trois heures après, j’avais terminé le livre. « Seulement » 250 pages. Assez maigre pour le premier tome d’un longue série.

Conclusion: Rush commence par un premier tome plutôt pas mal et assez encourageant pour la suite. J’espère que la série montra en puissance même si je n’achèterai pas le second roman. En effet, Rush est une bonne série pour les 11-15 ans mais pas pour les plus âgés.

Rush, mieux que CHERUB ?

À cette question, je répond clairement NON. La série de Robert Muchamore n’a vraiment pas le même univers que celle de Phillip Gwynne. En six tomes, vous verrez beaucoup plus d’insultes et de décès dans CHERUB ! La tranche d’âge non plus n’est pas la même. Quelqu’un qui a commencé à lire CHERUB dès douze ans peut continuer la série pendant de nombreuses années. Or Rush n’est pas une série adaptée pour un adolescent de 17 ans !

Je prend plus mon pied avec CHERUB ! Il y a plus d’humour, de suspence et d’action ! Donc si je devais donner un conseil à un lecteur de 11 ans, je lui dirais de commencer par Rush pour ensuite lire CHERUB.

Avis extérieurs

Comme mon seul avis ne compte pas, j’ai posé la question suivante à Thibault, 16ans: Rush est-il meilleur que CHERUB ?

Je pense que Rush a toutes les chances d’avoir un succès considérable mais il n’est pas meilleur que CHERUB. CHERUB explore beaucoup mieux et de fait beaucoup plus les personnages et leurs personnalités. Malgré tout, le fait que dans Rush, le seul gadget d’espionnage soit l’ordinateur de la Dette et qu’il y ait justement cette menace constante rend l’aventure plus irréelle et réussi.
Avec tous les films d’espionnages qui existent depuis des années, le plot de CHERUB est presque banal. Rush inspire un certain vent de nouveauté par la menace d’un membre en moins et d’une organisation omniprésente.

Signalons également l’avis de Louis, 18 ans, qui résume en dix caractères mon avis: CHERUB > Rush.

L’actu de Rush

Son actualité est simple puisque nous connaissons (déjà!) les dates de sorties des six tomes de Rush:

  1. Dette de sang – 12 mars 2014
  2. Nuit noire – 7 mai 2014
  3. Puzzle mortel – 3 septembre 2014
  4. Contrat 4 – Mars 2015
  5. Contrat 5 – Mai 2015
  6. Contrat 6 – Septembre 2015

 

Voilà, c’est la fin de ce deuxième numéro d’Un mois, Une critique. Je rappel que vous pouvez (re)découvrir le premier, consacré entièrement à CHERUB. Le mois prochain, je vous donnerai mon avis sur les Henderson’s Boys et son dernier tome, Terre Brûlée !

À bientôt sur The CHERUB District !

Un mois, une critique #1: Jusqu’où ira CHERUB ?

Bonjours à tous ! Bienvenue dans ce premier numéro de Un mois, une critique !

Avant toute chose, je tiens à rappeler la définition d’une critique:

Qui donne un jugement, une appréciation. linternaute.com

Pour ce mois spécial 10 ans de CHERUB, je me suis posé les questions suivantes: Jusqu’où ira CHERUB ? Combien de tomes Robert Muchamore va t-il écrire ?

Car il faut dire, l’écrivain anglais nous a un peu retourné le cerveau. D’abord nous pensions dire adieu à CHERUB lors de la dernière mission de James en tant qu’agent. Ensuite, Rob’ nous a annoncé trois tomes (pas un de plus, pas un de moins nous disait-il). Puis nous avons appris il y a quelques mois de ça qu’un seizième tome de CHERUB sera publié cet été en Angleterre ! Le roman de trop ?

Cette dernière phrase peut vous choquer mais c’est ce que je redoute. Explications.

Les douze premiers tomes

On ne peut que s’incliner devant une telle qualité pour une série en douze tomes. Personnellement, j’ai imaginé une petite hiérarchie des tomes que je vous propose:

      1. Trafic
      2. Mad Dogs
      3. 100 jours en enfer
      4. Arizona Max
      5. Vandales
      6. À la Dérive
      7. Sang pour Sang
      8. Les Survivants
      9. Chute Libre
      10. Le Grand Jeu
      11. La Vague Fantôme
      12. Crash

Vous pouvez également proposer votre liste de CHERUB préféré en commentaire ou sur notre page Facebook.

Trilogie Aramov

C’est là que viens le gros soucis. Pour continuer CHERUB, Robert décida de tout recommencer à zéro avec donc de nouveaux personnages (principaux). Et la qualité est nettement inférieure. Le Clan Aramov, premier tome de la trilogie, est beaucoup trop long alors qu’il ne fait que présenter Ryan et Ning. Sa suite, L’Ange Gardien, est légèrement supérieur car j’ai enfin pu me concentrer sur un (seul) personnage et une (bonne) mission. Exit Ning et les missions aux rabais comme celle en Californie.

Et puis le déclic monta enfin au cerveau de Robert pour Black Friday. James est de nouveau un personnage principal et ça se voit ! Le rythme est plus élevé, les blagues fusent et la nostalgie est là. Mais surtout, j’ai poussé un gros ouf de soulagement à la fin du roman: la mission « Aramov » est enfin terminé.

Les enseignements

En tant que lecteur j’ai tiré quelques enseignements de cette trilogie, et j’espère que vous serez de mon avis.

D’abord, il semblerait que la saison 2 ait moins marché (et surtout moins vendu) que la saison 1. J’ai ainsi comparé sur un site de lecture, Booknode en l’occurrence, le nombre de lecteurs entre La Vague Fantôme et Le Clan Aramov, sachant qu’il n’y avait que 9 mois de différence. Résultat: Tome 12 = 894 lecteurs et Tome 13 = 549 lecteurs.

Ensuite, cette trilogie m’a montré une chose indéniable: un roman=une mission. Un mission étalé sur trois tomes est trop long. La mission doit être alors vraiment accrocheuse, ce qui n’était pas le cas d’Aramov (la fin en dent de scie le démontre).

Enfin, la chose nous sommes tous d’accord: sans James, CHERUB n’est plus CHERUB. Lorsqu’il est réapparu dans Black Friday, j’ai senti tout de suite la différence. C’est donc avec logique que James reviendra dans Lone Wolf.

Lone Wolf

Car oui, il y aura bien une suite. Rob’ nous l’a annoncé fin 2013, à la surprise de tous.

Mais lorsqu’on a lu les trois derniers tomes, on peut se poser des questions. Lone Wolf sera t-il un roman aussi bien que ceux de la saison 1, ou ressemblera t-il à ceux de la trilogie Aramov ?

Je reste septique. Le côté rassurant, c’est que l’on reverra James (comme contrôleur de mission ?) ainsi qu’une mission 100% drogue comme dans Trafic. Mais côté inquiétant, c’est qu’à priori, Fay, le personnage auquel le résumé du livre fait référence, serait donc un personnage principal. Résultat: nous aurions droit un tome coupé entre plusieurs personnages, comme lors des trois derniers tomes.

Conclusion

J’appréhende la lecture de ce prochain tome, et j’espère qu’il sera de qualité supérieure à la trilogie. Mais si le roman est décevant, j’aimerais que Robert Muchamore envisage sérieusement d’arrêter la série, pourquoi pas dans un 17e tome.

À l’inverse, si Lone Wolf est génial, pourquoi s’arrêter ? Que Robert Muchamore écrive le nombre de tomes qu’il souhaite, tant que les romans sont supers et que l’auteur ait toujours des idées.

Avis extérieurs

Mon avis seul ne compte alors. J’ai demandé à plusieurs personnes de répondre à la question suivante: Voulez-vous que la série CHERUB continue après Lone Wolf ? Voici leurs avis:

Quentin, 13 ans: Bien sûr que je voudrais que la série continue parce que c’est CHERUB qui m’a donné envie de lire. J’ai adoré le 1er tome puis j’ai continué à lire jusqu’à ce que j’en devienne accro. Alors après Lone Wolf, je voudrais lire autant de romans CHERUB que possible.

Lucas, 15 ans: Eh bien oui, je veux que ça continue parce que j’adore ça ! Peu importe combien de tomes, pour moi 3 comme 300 c’est bon, à condition que les missions soient nouvelles, différentes et pas trop répétitives.

Louis, 18 ans: Oui, je veux que la série continue tant que Robert Muchamore trouvera des histoires différentes et donc qu’il arriver à se renouveler. Mais dès que je retrouverai du déjà vu, dans un livre, ça voudra dire qu’il est temps de s’arrêter.

En espérant que ce numéro vous ait plus !

On se retrouve très bientôt pour un nouvel article sur La Tribune !