« Robin Hood », le retour aux sources de Robert Muchamore

Après CHERUB (2004-2016), Henderson’s Boys (2009-2013), Rock War (2014-2017), Killer T (2018) et Artic Zoo (2019), Robert Muchamore se lance dès 2020 dans un nouveau projet : réadapter les aventures de Robin des Bois au XXIe siècle.

C’est avec surprise que l’écrivain anglais a communiqué ce mercredi la nouvelle, sur ses réseaux sociaux : « Excité de vous annoncer ma nouvelle série de livres, six ans après ! Dans les années 2020, Robin est en fuite après l’arrestation de son père par la police corrompue de Locksley ! Le premier livre, Hackings, Heists and Flaming Arrows paraîtra en avril 2020 ». Une première description simple, limpide, pour exposer un projet qui l’occupera pendant au moins quatre ans, puisque trois autres livres, en plus du premier, sont en préparation. « Loufoque », « surprenant », « ambitieux », « sans originalité », pour certains fans de CHERUB, les expressions ne manquent pour réagir à son annonce. Des interrogations légitimes, peut-être même renforcées après la lecture du synopsis du premier tome :

Printemps 2020. Après la fermeture de sa dernière usine automobile, la ville de Locksley est en chute libre. Les écoles et les hôpitaux tombent en ruine, les maisons abandonnées sont détruites par des vandales alors que la police est contrôlée par Guy Gisborne, le gangster local.

Alors que le père de Robin Hood s’oppose à la corruption, il est déclaré coupable de vol et jeté en prison. Désormais livré à lui-même, Robin, 12 ans, doit se cacher. Un seul endroit : la forêt de Sherwood. Un territoire dangereux, qui s’étend sur des centaines de kilomètres, du lac Victoria au Delta oriental, où se confondent ours, serpents, bandits, terroristes, sectaires et bikers fous.

Pour venger son père, Robin devra d’abord apprendre à survivre en forêt.

Après deux excursions dans la littérature post-teenagers avec Killer T (désormais prévu pour juillet en France) et Artic Zoo, sa prochaine sortie anglaise, Robert Muchamore revient donc aux origines en proposant une série pour jeunes ados. « J’ai toujours pris plaisir à écrire des romans de notre époque, ancrés dans notre réalité, explique t-il. Ma version de Robin des Bois est moderne et réaliste, à l’instar des groupes de Rock War ou des agents de CHERUB« .

Le projet marque aussi le prolongement de sa collaboration avec Hot Key Books, son nouvel éditeur depuis 2018 et Killer T. Un choix évident pour Felicity Alexander, l’éditrice qui a négocié les droits de la série pour Hot Key : « Il n’y a personne de mieux placé que Robert pour écrire des livres qui transforment des enfants en lecteurs. Et maintenant, avec Robin Hood, il a créé un autre vainqueur parfait : un légendaire héros britannique réinventé dans les années 2020, avec un casting de personnages comme Marion Maid, Freya Tuck, Little John et Will Scarlock. Robin et ses amis n’ont jamais été aussi impertinents (et aussi pertinents) » développe t-elle pour The Bookseller.

Une communication exemplaire qui vise à faire du Robin Hood de Hot Key un succès populaire comme le CHERUB de Hachette Children’s Books. Car la question va éternellement se poser à Robert Muchamore : est-il capable de reproduire une saga à 15M d’exemplaires vendus à travers le monde ? Le Londonien a en tout cas décidé de reprendre ses ingrédients fétiches, déjà présents dans CHERUB, Henderson’s Boys et Rock War : des jeunes personnages confrontés à eux-mêmes, une destinée hors du commun, une impertinence moderne, une franche réalité pour mieux se rapprocher de ses lecteurs. Bref, Robert fait du Muchamore. Une recette pas toujours gagnante, comme le démontre les ventes de Rock War en Angleterre (et par conséquent ses quelques traductions étrangères).

Muchamore ou pas, le projet intrigue : comment être original tout en ne dénaturant pas l’oeuvre moyenâgeuse ? Si le décalage créé par l’âge de ce Robin est évident, le risque d’écueil reste assez élevé tant le personnage de Robin des Bois (ou Robin Hood) est commun. Entre les 20 films réalisés depuis un siècle (interprété par Sinatra, Connery, Costner, Crow ou Egerton), les adaptations télévisuelles (Arrow et Once Upon A Time en tête), les nombreux écrits (comme la saga d’Augus Donald), l’inévitable adaptation de Disney : tout le monde connaît un Robin. Il est l’un de ces personnages populaires et invariablement adaptés, comme le roi Arthur ou Sherlock Holmes. Si ce constat peut être une force de vente, il renforce les doutes et multiplient les questions.

On en oublierait presque que cette future saga est destinée à des enfants nés vers 2007, quand le premier CHERUB sortait en France ! Si Killer T et Artic Zoo sont clairement destinés aux vieux fans de James Adams, Robin Hood, lui, doit satisfaire une nouvelle génération, encore plus connectée, pas moins violente et toujours à la recherche de nouvelles expériences. Peut-être que le véritable enjeu de Robert Muchamore est là. Si CHERUB a principalement plu à la génération 1990-2000, Robin Hood devra d’abord satisfaire la génération 2005-2010.

Malgré tout, l’auteur britannique semble suivre le bon train. Alors que le célèbre Marvel Cinematic Universe (MCU pour les intimes) a débuté en 2008 avec Iron Man et regroupe dans un même univers Captain America, Spiderman ou encore Black Panther, Robert Muchamore crée petit à petit son propre univers. On savait déjà que CHERUB, Henderson’s Boys et Rock War étaient directement liés par des personnages comme Terence McAfferty et Norman Large. Avec la présence annoncée du Brigands M.C, acteurs des tomes 11 et 12 de CHERUB, dans Robin Hood, la route pour un immense crossover semble se dégager. La solution ultime pour plaire à toutes les générations ?

Avant ça, attendons d’abord Hackings, Heists and Flaming Arrows, le premier d’une saga d’au moins quatre tomes qui, si tout se passe bien, devrait être édité en France par Casterman. Le groupe d’édition belge a ainsi pris le risque d’acheter les droits de Killer T, un livre pas forcément destiné à sa tranche d’âge habituelle (3-15 ans), et semble assumer son label Muchamore. Elle devrait logiquement se tourner vers Hot Key pour les droits français, belge et suisse, même si le conditionnel reste de mise.

L’annonce de Robin Hood offre donc bien des interrogations tant littéraires, éditrices que générationnelles, à l’instar d’un long projet de série TV CHERUB débuté il y a deux ans. Dans les deux cas, les réponses ne viendront qu’avec le temps. Wait and see.