« Il fallait remobiliser la communauté des fans de CHERUB »

Depuis hier, un Discord de la communauté francophone de CHERUB a vu le jour, sous l’impulsion de The CHERUB District, du wiki CHERUB et du forum CHERUB Campus. Le serveur se veut le point central des fans de l’univers de Robert Muchamore, avec l’actualité en temps réel, des échanges et débats entre fans, des memes pour rire ensemble ainsi que des soirées événements. Je reviens pour la Tribune sur les raisons de sa création.

Histoire de doudou

Il y a t-il un âge pour arrêter d’aimer CHERUB ? À maintenant 21 ans, cette question ressurgit de temps à autre dans mon esprit, alors que désormais, je suis fan de l’univers depuis la moitié de mon existence. Surtout, l’interrogation va souvent de paire avec une autre : peut-on continuer à supporter quelque chose de terminé ? Grand penseur mais philosophe médiocre, il semblerait que je n’ai pas la réponse idoine. Autant il me semble normal d’aimer un acteur décédé (Louis de Funès pour ne citer que lui), autant on ne supporte plus un club de football après sa dissolution. Mais l’aspect enfantin de CHERUB vient encore plus brouiller les cartes, puisqu’une fois l’enfance et l’adolescence passées, les gens ont tendance à renier ou à oublier leurs passions (dé)passées, pour « grandir » et « mûrir ».

Heureusement, au-delà de ces réflexions, alors que nous sommes en mai 2020, j’ai toujours tendance à faire ce qu’il me plaît. Je reste ce sentimental qui trimballe sa peluche au fil des déménagements depuis deux décennies. On a passé des nuits fabuleuses à dormir ou à rester éveillés ensemble, pourquoi je la renierais ? Si cet hippopotame bleu fait figure de doudou d’enfance, CHERUB ressemble lui à un doudou d’adolescence, que je chéris pour ces moments de lecture passionnels mais aussi parce qu’il a été un moteur dans ma maturation à travers ce site et l’activité qui en a découlé.

TikTok et supermarchés

Depuis 2012, année à partir duquel j’ai commencé à être actif dans la communauté des fans avec le wiki CHERUB, j’ai rencontré et croisé des gens talentueux qui se sont aussi construits à travers la saga. Ils sont aujourd’hui acteur, développeur, militaire, danseur, agent littéraire, réalisateur ou en doctorat à Montréal, Londres, Berlin, Paris…
Se considèrent-ils encore comme fan de CHERUB ? Si non, à quel moment ont-ils lâché prise ? Si oui, comment cela se concrétise ? J’imagine qu’ils relisent les romans tous les 3-4 ans, découvrent étonnés l’existence d’une BD Chute Libre et que leur yeux scintillent dès qu’ils voient le logo de l’organisation dans le rayon livres d’un supermarché. Mais leur lien avec l’univers de Robert Muchamore s’arrête là.

Seulement, s’il y a des anciens, CHERUB perdure et se profile comme une saga quasi multi-générationnelle : il suffit de se rendre dans les commentaires des vidéos du Studio, sur YouTube, pour s’en rendre compte.

Extrait de la vidéo « LA MEILLEURE COUVERTURE ? (Débat #4)
Extrait de la vidéo « CHERUB EXISTE ? (L’Ultime Débat) »

De nouveaux fans de 12-13 ans apparaissent chaque année. Ils sont sur TikTok, écoutent Bigflo & Oli et ne connaissent pas Robert Muchamore sans barbe. Ils peuvent découvrir 100 jours en enfer lundi et finir Commando Adams dimanche. Ainsi, ils ne s’investissent pas autant que celui qui sortait du collège un jeudi soir et courrait à la librairie du coin parce que Vandales venait de sortir (c’est moi). Ces fans sont pourtant aussi légitimes que n’importe qui, et ils méritent de rencontrer d’autres admirateurs de la série, comme à la grande époque de CampusCherub.com et du forum CherubCampus.org. En tout cas, il y a aujourd’hui un monde vertigineux entre ses différents fans, et je pensais ces derniers mois que seule une série TV pouvaient les rassembler.

Confinement

Bientôt quatre ans que la dix-septième et dernière mission était parue, et je ne faisais que croiser les doigts en attendant que le projet se fasse. Plus de nouvelles vidéos sur le Studio, aucune nouveauté sur la Database, cinq articles en deux ans sur la Tribune : sans série TV, The CHERUB District se résignait à mourir de sa belle mort, quand ma plus grande action de l’année consistait à payer le domaine Internet du site. Et puis évidemment, il n’y a pas que CHERUB dans la vie, on a d’autres passions, d’autres passe-temps : lire Rock War et Killer T ne semblait plus une si grande priorité pour moi.

Sauf qu’il y a le confinement bien sûr, comment ne pas en parler. Plus d’un mois à s’occuper chez soi, (presque) sans travailler. Littéralement du temps à tuer. C’est donc au bout de 40 jours que j’en suis arrivé à checker les audiences du site, qui baisseraient logiquement depuis quelques mois, mais qui avaient connu un regain inattendu en avril.

En l’espace de 24 heures, voir ces chiffres et découvrir l’activité d’un Reddit anglais et du wiki français m’a reboosté : il fallait remobiliser la communauté des fans de CHERUB.

Bienvenue en 2020

Le problème, c’est qu’il y a un éparpillement des fans, entre ceux sur Twitter, ceux sur Facebook, d’autres sur le wiki, certains passent sur le forum, sans oublier The CHERUB District et notamment le Studio, et puis il y a un Reddit et Instagram. Comment réunir toutes ces communautés différentes en un même endroit ? Bon, je crée un faux suspense vu les premiers mots de cet article, mais c’est pour souligner qu’il y a eu réflexion. Ce serait tellement prévisible de se lancer dans un projet la tête la première juste parce qu’il y a le confinement.

Ainsi, avec la grande participation du wiki CHERUB et le soutien du forum Campus Cherub, nous avons lancé un Discord, cet outil multiforme à mi-chemin entre chat, forum et réseau social, taillé pour 2020. Surtout, c’est endroit simple et adapté pour tout type de fan. Son ambition est donc simple : tous se réunir dans un lieu commun, qu’on soit un fan de la première heure ou ce T-shirt rouge encore tout sourire de découvrir les aventures de James et sa bande.

Un tweet drôle de Robert Muchamore ? C’est sur le Discord. La Tribune vient de sortir un nouvel article ? C’est sur le serveur. Un meme qui parle de pelle et de Lauren Adams ? Discord. Le bot Norman Large qui s’énerve sur un fan ? Pareil. Le wiki recrute ? Vous le saurez aussi. Un fan-art à partager ? Vous savez où aller. Je pourrais écrire pendant encore longtemps comme ça, tant le Discord permet de réunir et de divertir des centaines et des centaines de fans, de jour comme de nuit.

Imaginez un lieu où l’on se retrouve le soir pour discuter et jouer ensemble, juste parce qu’on aime la même saga. Imaginez un RPG solide et durable permettant à chacun de devenir agent de CHERUB. Imaginez la somme d’individualités et de talents sur un même serveur. Vous reconnaîtrez qu’il y a matière à faire de grandes choses.

Alors, est-ce qu’il y a un âge pour arrêter d’aimer CHERUB ? Personnellement, oui je le pense. Parce que c’est la vie, parce qu’on trouve mieux. « Avec le temps va, tout s’en va  » non ?
Mais quand on aime toujours, qu’est-ce qu’on peut bien faire ? Beaucoup de questions, enfin une réponse.