Interview d’Antoine C., l’interprète de James

Suite à la sortie de notre second moyen-métrage, Trafic, accueilli avec un certain engouement par vos critiques, La Tribune de The Cherub District a pris l’initiative d’interviewer Antoine C., l’interprète de James Adams dans les deux derniers fan-films de The Cherub District, à savoir 100 jours en enfer et Trafic. Dans cette interview réalisée par la rédaction, nous avons abordé plusieurs thématiques avec Antoine, à savoir la naissance du projet, le tournage du film et de la bande-annonce, l’ambiance et le ressenti de ce dernier entre autres…

N’attendons pas plus longtemps, et abordons le sujet de cet article, l’interview. Bonne lecture !

 

-La Tribune : Bonjour Antoine ! Merci de nous accorder cette interview. Première question : Peux-tu te présenter pour celles et ceux qui ne te connaissent pas encore ?

-Antoine : Bonjour ! Donc pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis Antoine Chiari, l’acteur qui joue James Adams dans les deux films de The Cherub District.

-La Tribune : Peux-tu nous rappeler comment le projet des films Cherub a vu le jour ?

-Antoine : Au départ, j’ai contacté Louis (Créateur de CampusCherub.com) pour lui parler d’un projet de court métrage sur le thème de Cherub. Après l’avoir mis en oeuvre avec un ami, Louis m’a fait part de son envie de réaliser un court-métrage sur le premier tome de Cherub : 100 jours en enfer. Je l’ai aidé à mettre en oeuvre le projet et je suis devenu l’acteur interprétant James Adams. Nous avons tourner pendant 1 semaine intense. Après ce tournage, on a décidé de tourner Trafic l’année suivante pour une durée cette fois-ci 2 semaines, dans le but de tourner un film beaucoup plus long.

-La Tribune : Comment es-tu devenu James, personnage phare de la série ?

-Antoine : C’est tout simplement Louis qui m’a proposé le rôle.

-La Tribune : Qu’est-ce que ça fait d’interpréter James ?

-Antoine : C’est assez cool de pouvoir interpréter le héros de Cherub, mais c’est aussi compliqué, car il est difficile de pouvoir agirez penser comme James.

-La Tribune : Est-ce compliqué de jouer ce personnage ? As-tu eu des difficultés à rentrer dans la peau de James ?

-Antoine : Oui, comme je l’ai dit plus haut. James est un garçon qui a eu une enfance difficile et qui ne réagit pas forcément comme je réagirais personnellement.

-La Tribune : Quel fut le meilleur tournage entre 100 jours en enfer et Trafic ? Pourquoi ?

-Antoine : Clairement Trafic. L’ambiance était plus sympathique et conviviale que celle du tournage de 100 jours en enfer car on se connaissait tous déjà. Lors du premier tournage, j’étais très timide contrairement au second où j’ai été beaucoup plus « extraverti ».

-La Tribune : Comment se déroulaient les tournages ? Quelle était la journée type ?

-Antoine : On se retrouvait tous dans l’appart’ à Perpignan qu’avait loué l’équipe. Et on discutait de ce qu’on allait tourner puis on allait tourner. Les tournages se déroulaient dans le professionnalisme, et surtout dans la rigolade.

-La Tribune : Comment était l’ambiance sur ces deux tournages ?

-Antoine : Sur le premier, elle était un peu tendue, mais sur le second, elle était très détendue même si parfois c’était très éprouvant.

-La Tribune : Comment réagis-tu face à la critique dans l’ensemble positive pour ce second tournage ? En es-tu surpris ?

-Antoine : Je suis vraiment content des critiques vis à vis du film. Et effectivement, je suis un peu surpris que le film est un tel succès.

-La Tribune : Quelle est la recette de cette réussite selon toi ?

-Antoine : Je pense que c’est l’implication qu’il y a eu dans ce projet, mais également l’énorme travail fourni.

-La Tribune : Pourquoi avoir décidé de faire un film d’une trentaine de minutes pour Trafic contre un trailer d’à peine quelques minutes pour 100 jours en enfer ?

-Antoine : J’ai l’impression que 100 jours en enfer n’a été qu’un entraînement. Après l’avoir réalisé on a vu que l’on pouvait faire plus long et mieux.

-La Tribune : As-tu un souvenir particulier des tournages à nous faire partager ?

-Antoine : Oui, par exemple, sur le tournage de Trafic, quand on a tourné dans « la villa », on a dû boire un verre avec Junior après être rentré d’un parc d’attraction comme l’indiquait le scénario. Pour rigoler, on a mit du colorant dans nos verre. Au final, nos bouches étaient complètement teintes de bleu et de vert. Autre exemple, quand on a tourné la scène où l’on se faisait taper dans la rue à l’arrêt de bus par les skinheads avec Anna (actrice jouant le rôle de Kerry ndlr.), plusieurs passants sont venus nous voir pour nous demander si tout allait bien et s’il ne devaient pas appeler les pompiers.

itw antoine langues

-La Tribune : Seras-tu de la partie pour le tournage d’Arizona Max ?

-Antoine : Vu que je ne suis pas un très bon acteur, j’aimerais bien que quelqu’un d’autre puisse assurer le rôle principal. Mais j’aimerais quand même participer, peut-être dans un rôle secondaire.

-La Tribune : Quelques mots pour les fans qui ont suivi le trailer et le film ?

-Antoine : Merci à tous ! C’est grâce à vous que ça continue !

-La Tribune : Le mot de la fin ?

-Antoine : VACANCES !!!!! 😀

 

 

Vous souhaitez remplacer Antoine pour interpréter James ou vous désirez tout simplement participer au projet Arizona Max ? Contactez Hugo Martinez, responsable du projet par mail à hugomartinez@gmx.fr !