Les 10 plus grosses gaffes de Robert Muchamore

Cela fait 10 ans que Robert est écrivain… et durant toutes ces années, il a commit plus d’une gaffe ! C’est ainsi que ce 18 juin, sur sa page Facebook officielle, notre auteur favori a publié 10 de ses gaffes (il faut bien faire un choix !) qu’il considère comme étant les plus grosses ! Nous vous les avons traduites pour l’occasion. Rires garantis !

2014 est l’année de mon 10ème anniversaire en tant qu’auteur. Je sais que beaucoup de personnes me considèrent comme un héros, un dieu ou une figure, mais durant ma carrière j’ai un ou deux faux-pas. Voici les dix meilleurs :

  1. A ma toute première rencontre avec la maison d’édition Hodder Children’s, j’ai évoqué le fait que le dernier livre de l’auteur « X » était vraiment ennuyant. Je ne savais pas que l’auteur « X » était publié par Hodder et que son éditeur était assis dans la même pièce !
  2. Suite à une mauvaise communication d’un « dress code », je me suis montré à une soirée « chic » en jean et en baskets. Même les enfants avaient des nœuds papillons, j’ai d’ailleurs été accueilli avec un groupe qui jouait du violon !
  3. « Je suppose que tous les enfants ne peuvent pas être intelligent » dis-je à une libraire alors que je venais de rencontrer un fan pas très « fute-fute ». Elle a répondu en disant « C’est mon fils. »
  4. Au cours d’un dîner lors d’une conférence SLC (State Leadership Conference), j’ai dit que je pensais que les médailles Carnegie étaient toujours remises à des livres ennuyants à mourir et que personne ne voulait lire. Le libraire a répondu « Je fais parti du comité des Prix Carnegie. » avant d’éclater de colère.
  5. Durant une pré-séance de dédicace dans une librairie indépendante, j’ai dû utiliser un petit cabinet de toilettes, séparé de la boutique par une porte qui laissait un espace vide de 20 cm au bas de la porte. Alors que j’étais assis sur les toilettes, je pouvais entendre les fans rire de l’odeur. Puis j’ai tiré la chasse et le cabinet fut inondé.
  6. Arrivé en Nouvelle-Zélande, avec un fort décalage horaire, j’ai commencé une conférence devant plus de 800 néo-zélandais en disant « Hey, c’est vraiment génial d’être ici, en Australie ». J’ai à peine réussi à sortir vivant de la salle…
  7. J’ai, une fois de plus, contrarié les néo-zélandais en plaisantant lors d’une interview à la radio, en disant que les enfants y étaient si pauvres qu’ils ne pouvaient pas se permettre d’acheter des chaussures. (Pour une raison quelconque, il est commun chez les néo-zélandais d’aller à l’école primaire les pieds nus.)
  8. Dans une école de Glasgow, un professeur d’anglais particulièrement désagréable m’a dit que je ne pouvais pas utiliser les toilettes après mon discours parce que la sonnerie avait retentit et que les toilettes étaient verrouillées pendant les heures de cours. En pleine neige éclatante, j’ai fini par faire ma commission contre un mur alors que j’attendais mon taxi pour rentrer en ville. Un minibus scolaire rempli d’élèves passa et ces derniers tapèrent sur les fenêtres pendant que je pissais !
  9. Lors d’une conférence dans une librairie, pointant alors quelqu’un dans la foule avec de longs cheveux bouclés, j’ai dit  » Je vais répondre à la question de la fille à la robe rouge. », qui me répondit « Je suis un garçon ! ». Puis ses camarades se moquèrent de lui.
  10. J’étais complètement bourré lorsque j’ai gagné le prix Red House. Après avoir reçu mon prix, ivre, j’ai demandé à une vieille dame si elle avait contribué à l’élection de cette récompense. ‘Non’, m’a-t’elle répondu. ‘Je suis Jacqueline Wilson’ (auteure également en lice pour remporter le prix).

C’est grâce à toute ces « étourderies » que Robert devient un auteur proche de ses fans et surtout, très drôle ! Et vous, quelle est votre anecdote préférée ? 😀