Un mois, une critique #2: Rush, meilleur que CHERUB ?

Casterman en parle depuis sa sortie en mars et son incroyable coup de pub lors de la dernière mission de la C-Zone, mais que vaut réellement Rush, après cinq mois de recul ?

Et oui, c’est la série du moment du côté de l’éditeur de CHERUB. Site officiel, panneau sur jeunesse.casterman.com, rappels mensuels sur la page Facebook d’Agence CHERUB, même traducteur que CHERUB et Henderson’s Boys; on ne peut le nier: Casterman se donne un maximum pour que Rush connaisse le même succès de CHERUB ! Il n’hésite d’ailleurs pas à le comparer directement à la série de Robert Muchamore sur le site officiel ! 

Ces éléments m’ayant un peu interloqué, j’ai donc commencé la lecture du roman que j’avais reçu auparavant (merci la C-Zone !). Petit rappel avec le synopsis du tome 1:

Dominic Silvagni est né sous une bonne étoile.
Il a de la chance : il vit au soleil de la côte australienne.
Il a de l’argent : son père est un riche homme d’affaires.
Il a du talent : ses performances sur les pistes d’athlétisme le promettent à une brillante carrière sportive.
Aujourd’hui Dom fête ses 15 ans.
Mais son premier cadeau est une terrible révélation : sa famille a une dette envers la Mafia…
une dette dont il est l’héritier !
Dom est contraint d’exécuter six contrats pour ces criminels…
ou il subira un terrible châtiment.

Critique du premier tome

Avant même de le lire, ce roman m’a fait penser une autre série qui m’avait énormément plus il y a quelques années. Cette série s’appelait (et s’appelle toujours!) Conspiration 365. Pendant 12 tomes (= 12 mois), un adolescent d’une quinzaine année devait survivre en terre australienne suite à une conspiration liée à sa famille. Coïncidence ?

J’ai donc commencé à le lire, comprenant très vite pourquoi Casterman insistait sur cette série. L’écriture est fluide et agréable, le scénario est plutôt originale et le décor est assez paradisiaque. J’ai pris un certain plaisir à tourner les pages car j’étais directement plongé dedans. En effet, on peut facilement s’imaginer à la place des personnages, ce qui ajoute un avantage à ce roman. Seulement, trois heures après, j’avais terminé le livre. « Seulement » 250 pages. Assez maigre pour le premier tome d’un longue série.

Conclusion: Rush commence par un premier tome plutôt pas mal et assez encourageant pour la suite. J’espère que la série montra en puissance même si je n’achèterai pas le second roman. En effet, Rush est une bonne série pour les 11-15 ans mais pas pour les plus âgés.

Rush, mieux que CHERUB ?

À cette question, je répond clairement NON. La série de Robert Muchamore n’a vraiment pas le même univers que celle de Phillip Gwynne. En six tomes, vous verrez beaucoup plus d’insultes et de décès dans CHERUB ! La tranche d’âge non plus n’est pas la même. Quelqu’un qui a commencé à lire CHERUB dès douze ans peut continuer la série pendant de nombreuses années. Or Rush n’est pas une série adaptée pour un adolescent de 17 ans !

Je prend plus mon pied avec CHERUB ! Il y a plus d’humour, de suspence et d’action ! Donc si je devais donner un conseil à un lecteur de 11 ans, je lui dirais de commencer par Rush pour ensuite lire CHERUB.

Avis extérieurs

Comme mon seul avis ne compte pas, j’ai posé la question suivante à Thibault, 16ans: Rush est-il meilleur que CHERUB ?

Je pense que Rush a toutes les chances d’avoir un succès considérable mais il n’est pas meilleur que CHERUB. CHERUB explore beaucoup mieux et de fait beaucoup plus les personnages et leurs personnalités. Malgré tout, le fait que dans Rush, le seul gadget d’espionnage soit l’ordinateur de la Dette et qu’il y ait justement cette menace constante rend l’aventure plus irréelle et réussi.
Avec tous les films d’espionnages qui existent depuis des années, le plot de CHERUB est presque banal. Rush inspire un certain vent de nouveauté par la menace d’un membre en moins et d’une organisation omniprésente.

Signalons également l’avis de Louis, 18 ans, qui résume en dix caractères mon avis: CHERUB > Rush.

L’actu de Rush

Son actualité est simple puisque nous connaissons (déjà!) les dates de sorties des six tomes de Rush:

  1. Dette de sang – 12 mars 2014
  2. Nuit noire – 7 mai 2014
  3. Puzzle mortel – 3 septembre 2014
  4. Contrat 4 – Mars 2015
  5. Contrat 5 – Mai 2015
  6. Contrat 6 – Septembre 2015

 

Voilà, c’est la fin de ce deuxième numéro d’Un mois, Une critique. Je rappel que vous pouvez (re)découvrir le premier, consacré entièrement à CHERUB. Le mois prochain, je vous donnerai mon avis sur les Henderson’s Boys et son dernier tome, Terre Brûlée !

À bientôt sur The CHERUB District !