L’édito du printemps #7: La BD Trafic, comme un air de déjà-vu

Alors que la deuxième BD de la saga sort aujourd’hui dans toutes les bonnes librairies, j’ai eu la chance de lire en avant-première grâce à Casterman Trafic, de Baptiste Payen et David Combet. L’occasion d’écrire un édito aussi tranché que les précédents.

Pouvait-on se plaindre d’une nouvelle sortie dans l’univers CHERUB ?
Depuis février 2007, date de publication de 100 jours en enfer, nous avons droit à une nouveauté moyennement tous les trois mois, entre poche, grand format, Henderson’s Boys et donc BD. Et alors que certains fans ont raccroché définitivement après le tome 12, d’autres après Commando Adams et que certains attendent la sortie du tome 17 en poche pour s’arrêter, une partie des quelques milliers de lecteurs francophones sont tentés par cette BD. Cet édito a donc pour but de vous dire, ni plus ni moins, si oui ou non vous devez vous procurez ce comics.

BLEU-BLANC-VERT !

La première chose qui m’a frappé, avant même d’entamer la lecture, ce sont les couleurs. Il suffit de feuilleter successivement les 125 pages de l’ouvrage pour sentir immédiatement que l’histoire sera vivante. Rien que pour ça je félicite David Combet pour son travail car cela ajoute un plus indéniable, notamment par rapport au travail de John Aggs pour la première BD.

Je mets également un point d’honneur à faire des couleurs très « ambiancées » selon le moment et l’endroit où se déroule l’action. Faire de l’herbe verte et des ciels bleus ça m’ennuie un peu, alors je m’amuse à les faire avec toutes les autres couleurs ! David Combet pour cherubcampus.fr

Et une fois la lecture entamée, effectivement, au fil des scènes, on en a plein les yeux: de l’orange, du noir, du vert, du violet, du rouge, du bleu. À chaque scène, à chaque lieu ses couleurs, son ambiance. Evidemment, je ne m’improvise pas expert en BD (même si j’ai tous les Tintin, Astérix, Largo Winch ou Titeuf dans ma bibliothèque), mais je remarque un véritable travail d’ombre et de lumière réalisé par David Combet qui rend la lecture vraiment plus plaisante. Je pense à cette scène dans le parc du campus avec toute l’équipe où le jeu d’ombre rend les deux planches particulières. C’est ça qu’il faut souligner, malgré sa longueur, chaque scène de la BD est unique.

A chaque scène ses couleurs

Miami Vice

Zara <3

Poursuivons sur le travail de David Combet. Evidemment en tant que bon fan, j’ai eu cette réflexion: « Ah ce personnage, je ne le voyais pas comme ça ». Et ce qui est drôle, c’est que la réflexion s’est complètement retournée contre moi quand j’ai vu la future directrice de CHERUB: « Whoah, Zara est carrément mieux que dans mon imagination ! ». Concernant le dessin en lui-même, je dirais que les cases centrées sur un visage ou un détail précis sont vraiment sublimes, à l’inverse des cases plus éloignées du champ d’action où le dessin un peu trop « basique ».
Il y a juste une case qui m’a vraiment dérangé. C’est celle présente à la page 101 et où est représentée la ville de Miami. C’est encore le mot basique qui me vient en tête lorsque je vois la plage et les buildings très carrés et sans vie. Mise à part ça, les dessins sont parfaits. Et personnellement, je préfère le style de dessin dans Trafic plutôt que dans 100 jours en enfer.

Gerontophobia

Ceux qui suivent l’actualité du Studio savent que j’ai expliqué à Jules lors de notre dernière vidéo que Trafic était ma mission préférée.

J’ai lu le roman plusieurs fois et je connais l’histoire par coeur. Donc quand je vois le travail de Baptiste Payen, je ne peux qu’applaudir. Condenser toute l’histoire en 121 planches, c’était compliqué mais le résultat est clairement là. Mais (car il y a toujours un mais), il y a une information qui a dû être coupée et qui me semblait importante dans la compréhension complète de l’évolution des personnages. Comme on le sait tous, Nicole Eddison est gérontophobe, bref elle déteste les personnes âgées. Même si ce caractère est montré dans la BD, sans avoir lu le roman, on ne comprend pas pourquoi. Car la scène où elle explique que ses parents et ses deux frères aînés ont été renversés par un vieil homme a été coupée par Baptiste Payen au profit d’autres scènes. Ce serait le seul reproche que je pourrais faire concernant l’histoire.

Le coup de coeur

L’un des particularités de la série CHERUB, c’est son ancrage dans la vie réelle. Il y a des marques, des séries, des jeux vidéos qui existent réellement dans notre quotidien. Donc oui, quand j’ai vu dans la BD le générique des Simpson et la tête de Jack Nicholson dans Shining, j’ai pas pu m’empêcher de lâcher un sourire. Ce détail, à priori tout bête, fait clairement plaisir et montre que cette BD n’est pas une tentative d’adaptation d’un roman: c’est la version dessinée de Trafic.

Conclusion

Après ces quelques remarques vient le temps de mon ressenti. En introduction, je posais la question si l’on pouvait se plaindre d’une nouvelle sortie CHERUB. Car franchement, on aurait pu se demander si relancer la série BD était vraiment pertinent alors que la saga littéraire venait de se conclure. Et je pense que je me serais poser la question si cette BD m’avait déçu.
Je vais être honnête avec vous: quand j’ai ouvert le colis envoyé par Casterman, j’ai ressenti cette même excitation que lorsque j’allais à la librairie du coin acheter le dernier CHERUB. Et lorsque j’ai tourné la dernière page de la BD, j’ai ressenti un petit plaisir, ce plaisir que tous les fans de CHERUB ont pû ressenti après avoir terminé une mission. C’était comme un air de déjà-vu.

Alors oui il y a cette case qui était mal faite, oui il y a cette scène sur Nicole qui manquait. Oui peut-être que je ne suis pas objectif car CHERUB, c’est mon adolescence et que oui d’un point de vue psychologique, le fait de relire du CHERUB me replonge surement en adolescence. Mais au fond, je m’en fous. Moi je retiens ce sentiment, qui a duré quelques minutes tout au plus, mais qui valait franchement le coup de se procurer la BD.

EXCLU – Une première couverture pour la BD Trafic !

Depuis l’annonce du contour du projet en octobre dernier ainsi que le dévoilement de premiers visuels, de nouvelles infos nous sont parvenues. L’occasion d’en faire un petit article rempli d’exclus.

Une première date de sortie française…

Lors du premier article, nos prévisions étayaient une sortie française au alentour de mars prochain. À une semaine près, nous avions tout bon puisque Casterman a bloqué le 5 avril comme date de publication. Soit cinq ans après la sortie de la première BD. On peut poursuivre la comparaison au niveau du nombre de pages, puisqu’on peut noter une légère différence. Alors que 100 jours en enfer comprenait 176 pages, Trafic en comptera 126. Loin d’être un scandale, cela s’explique par la longueur du scénario: entre la mort de Gwen Choke, l’orphelinat, le test, les 100 jours, la mission à Fort Harmony, le premier tome avait beaucoup plus d’infos à intégrer pour une lecture compréhensible. Enfin, en terme de prix, il faudra débourser 15€ pour poursuivre la collection.

…et une première couverture

On vous l’annonçait dans les Perspectives pour 2017, la BD Trafic serait disponible Outre-Manche début juin. L’éditeur anglais n’a tardé puisqu’il a dévoilé sa couverture il y a quelques jours:

Une magnifique couverture représentant les principaux personnages sous un décor floridien. On peut imaginer la fierté du duo rhônalpin Combet-Payen de pouvoir retrouver leur nom dans tous les Waterstones.

De nouveaux visuels

On poursuit la compil’ des visuels avec de nouveaux aperçus, diffusés sur les réseaux sociaux:


Voilà qui s’annonce prometteur !

Perspectives pour 2017

Si dans l’univers de Robert Muchamore, 2015 fut aussi calme que 2016 fut chargée, à quoi peut-on s’attendre pour le crû 2017 ? On sort comme chaque année notre boule de cristal, et on vous explique tout ça en détail.

En France (et donc en Suisse et en Belgique aussi)

Vous le savez pertinemment: il y aura moins de sorties en 2017 qu’en 2016. Alors qu’on pouvait compter jusqu’à sept sorties l’année dernière (Rock War 1, Les Dossiers secrets, Henderson’s Boys 7 et CHERUB 15 en poche, CHERUB 1 et 2 collector, réédition de la BD et enfin CHERUB 17), voici les projections pour cette année:

  • Réédition de Rock War – Tome 1: La Rage au cœur / 18 janvier 2017
  • Rock War – Tome 2: L’enfer du décor / 18 janvier 2017
  • BD – CHERUB 2: Trafic / avril 2017
  • CHERUB – Mission 16: Hors-la-loi en poche / mai-juin 2017

Voilà donc les quatre nouveautés qui sont déjà actées. Néanmoins, on peut s’attendre à d’autres surprises. On pense notamment à Rock War – L’audition, cette petite histoire d’une centaine de pages, qui permet notamment de découvrir l’univers de Rock War. Chez The CHERUB District, on pronostique une sortie pour le printemps, voire pour la rentrée prochaine.

On ne sait pas encore si Casterman a officiellement lancé le cycle des rééditions de CHERUB. Peut-on imaginer une réédition à l’instar de ce qui a été fait en Angleterre, avec de nouvelles couvertures ? C’est fort probable, pour ne pas dire certain. De là à commencer dès cette année, dans l’optique des prochaines fêtes, il n’y a qu’un pas.

Dans l’hypothèse qu’une nouvelle réédition n’est pas (immédiatement) lieu, on pourrait en revanche s’attendre une suite des coffrets collectors, comme nous avons pu le voir avec les deux premiers tomes, en novembre dernier.

En Angleterre

C’est toujours intéressant de voir ce qui se fait de l’autre côté de la Manche, une sorte d’avant-première avant que Casterman emboîte le pas en France.

D’abord, c’est plutôt l’inverse qui se passera: Hachette Children’s Books emboîtera le pas de la France, en publiant début juin la bande dessinée de Trafic, adaptée en anglais par Andrew Donkin (l’un des hommes derrière l’adaptation BD d’Artemis Fowl). Le même jour, les fans anglais pourront retrouver la version poche de New Guard, la dernière mission de CHERUB.

Enfin, pour les fans de Rock War, l’ultime tome de la série (et c’est officiel), Crash Landing, que l’on peut traduire par Atterrissage forcé, sera disponible le 5 octobre prochain.

Sur le site

Qui dit nouvelle année dit résolutions. Ainsi, pour 2017, l’équipe de The CHERUB District s’est résolu à:

  • continuer d’être actif. Alors que CHERUB s’est arrêté avec le tome 17, diminuant ainsi le nombre de fans intéressés, nous nous engageons à poursuivre l’activité du site, en poursuivant les nouveautés sur la Tribune et sur la Database.
  • révolutionner le Studio. Pôle le moins l’attractif du site, nous avons décider d’y remédier et de changer sa ligne éditoriale, qui ne convenait ni aux fans, ni aux rédacteurs. Plus d’infos à suivre dans les prochaines semaines.
  • proposer des concours. Après le succès des CHERUB Awards, la volonté de lancer d’autres concours s’est largement imposé. Avec l’accord de Casterman, nous lancerons prochainement de nouveaux concours, avec des mugs, des dog tags et des jeux de cartes à la clé.

Résultats et vainqueurs des CHERUB Awards

Au terme de sept jours de votes acharnés, les fans ont désignés les grands vainqueurs de l’édition 2017 des CHERUB Awards. Vous avez été exactement 445 à participer à ce concours, et on vous en remercie !

Désormais, place aux résultats, catégorie par catégorie:

La meilleure mission – Les Survivants

  1. Celle des Survivants – 24,7% (110 votes)
  2. Celle de 100 jours enfer – 17,3% (77 votes)
  3. Celle d’Arizona Max – 17,1% (76 votes)
  4. Celle de Trafic – 10,8%
  5. Celle de Sang pour Sang – 9,9%
  6. Celle de Mad Dogs – 9,7%
  7. Celle de Vandales – 5,8%
  8. Celle de Commando Adams – 4,7%

Un quart des votants ont donc désigné l’aventure contre la secte des Survivants comme meilleure mission de l’histoire de CHERUB. Et on peut les comprendre: face à la manipulation mentale et à une explosion imminente, la bande de James s’en est sortie vivante, quitte à finir littéralement dans la merde !

Le pire bad guy – Le Führer

  1. Le Führer – 34,4% (153 votes)
  2. Norman Large – 16,2% (72 votes)
  3. Les Survivants – 14,8% (66 votes)
  4. Leonid Aramov – 14,4%
  5. Sasha Thompson – 12,1%
  6. Keith Moore – 8,1%

Alors qu’un duel Norman Large – Le Führer se profilait à quelques jours de la clôture des votes, c’est finalement celui qui est également connu sous le nom de Ralph Donnington qui remporte et écrase cette catégorie. Ses coups de sang et ses meurtres (presque) gratuits ont su vous convaincre, reléguant les cinq autres nominés au rang d’enfants de chœur.

La plus belle couverture française – À la dérive (GF)

  1. Le tome 7 grand format – 28,1% (125 votes)
  2. Le tome 6 grand format – 19,8% (88 votes)
  3. Le tome 15 grand format – 16,9% (75 votes)
  4. Le tome 10 grand format – 14,2%
  5. Le tome 2 en poche – 12,6%
  6. Le tome 1 en poche – 8,5%

Ce vote, purement esthétique, a montré la large domination des couvertures grand format, avec moins de 80% de vos vote. Mais la réalité du tome 7 lui a sans doute permis de dominer sa catégorie, en montrant les (més)aventures russes de James.

Le meilleur décor – Le Grand Jeu

  1. Celui du Grand Jeu – 23,6% (105 votes)
  2. Celui des Survivants – 20,7% (92 votes)
  3. Celui de La Vague Fantôme – 17,5% (78 votes)
  4. Celui d’Arizona Max – 16,4%
  5. Celui d’À la dérive – 15,5%
  6. Celui du Clan Aramov – 6,3%

Dans cette catégorie plutôt homogène, c’est donc les décors californiens du tome 10 qui l’emportent. Moi qui avait personnellement voté pour Le Grand Jeu, j’adhère totalement à ce choix: Las Vegas est un mythe, et Robert Muchamore l’a parfaitement retranscrit dans le roman. Petite déception malgré tout pour La Vague Fantôme qui aurait peut-être méritée mieux, en décrivant la pauvreté de Malaisie ainsi que le tsunami avec un réalisme saisissant.

La meilleure scène – La bataille du réfectoire

  1. La bataille du réfectoire – 35,1% (156 votes)
  2. Le premier coup de pelle de Lauren – 24,9% (111 votes)
  3. La déclaration d’amour de James – 20,2% (90 votes)
  4. L’affaire de la baignoire – 19,8% (88 votes)

Lors de la présentation de la catégorie, j’avais écrit avoir une petite idée du gagnant, et 156 votants ont confirmé mon intuition. En effet, cette scène est tout simplement mythique, et il était difficile de ne pas finir le tome 7 avec le sourire notamment grâce au surréalisme et à l’absurdité de l’histoire.

La pire couverture étrangère – Le tome 3 russe

  1. Le tome 3 russe – 27,2% (121 votes)
  2. Le tome 6 chinois – 21,6% (96 votes)
  3. Le tome 1 hongrois – 19,3% (86 votes)
  4. Le tome 4 néerlandais – 12,8%
  5. Le tome 6 espagnol – 9,7%
  6. Le tome 2 néerlandais – 9,4%

On le savait, cette catégorie était très relevée, les graphistes étrangers avaient mis la barre très haute. C’est finalement le dessinateur russe, après quelques shots de vodka, qui s’impose, avec cette magnifique représentation de la course poursuite d’Arizona Max, avec James et Lauren. Petite pensée pour le graphiste hongrois, qui a réalisé la couverture sans lire le livre, puisque aucun serpent n’apparaît dans le tome 1 !

Le pire couple – Kerry et Bruce

  1. Kerry Chang et Bruce Norris – 24,9% (111 votes)
  2. Michael Hendry et Dana Smith – 24,7% (110 votes)
  3. James Adams et Amy Collins – 24,5% (109 votes)
  4. Ryan Sharma et Natalka – 13%
  5. James Adams et Dana Smith – 12,8%

WOUAH ! On aurait voulu le faire, on y serait pas arrivé ! Au terme d’un final haletant, c’est le couple Chang-Norris qui s’impose, à la voix près. Là aussi, c’est compréhensible, on a connu pas mal de couples WTF dans la série. Il était donc difficile de faire son choix. Cela aurait mérité un deuxième tour avec un duel à trois…

Le meilleur tome de la saga EVER

  • 18e – Le Clan Aramov / 0% (0 vote !)
  • 17e – La Vague Fantôme / 1,3%
  • 16e – Vandales et Hors-la-loi / 1,8%
  • 14e – Black Friday / 2,2%
  • 13e – L’Ange Gardien / 2,7%
  • 12e – Mad Dogs et Soleil Noir / 2,9%
  • 10e – Crash / 3,4%
  • 9e – Commando Adams / 3,6%
  • 8e – Le Grand Jeu / 4,3%
  • 7e – À la dérive / 5,4%
  • 6e – Sang pour Sang / 7,2%
  • 5e – Chute Libre / 9,4% (42 votes)
  • 4e – Arizona Max et Trafic / 10,1% (45 votes)
  • 2e – Les Survivants / 13,5% (60 votes)
  • 1er – 100 jours en enfer / 17,3% (77 votes)

On savait que les chiffres ne seraient pas astronomiques puisque vous pouviez voter pour les 18 tomes de la saga, il faut donc féliciter 100 jours en enfer, qui, en dépassant la barre des 15%, peut désormais être considéré comme le meilleur roman de l’histoire de CHERUB. Notons malgré tout que les sept premiers tomes trustent les sept premières place de la catégorie: je vous laisse en tirer les conséquences !

Les vainqueurs

Pour désigner les vainqueurs, nous avons d’abord pris en compte le plus grand nombre de catégories vainqueurs. Ainsi, sur les 445 participants, ils sont quatre à avoir trouvé six des huit catégories et quatorze à avoir fait un 5/8. Après quoi, un tirage au sort fut effectué. Voici donc les vainqueurs:

  • 1 Sac + 1 T-shirt + 1 Dog tag: Adrien P, Charles F, Carine S
  • 1 T-shirt + 1 Dog tag: Nadège A, Marine L, Lucas M
  • 1 Dog tag: Amandine D, Yanis C, Jeanne M

Bravo à eux ! Ils seront contactés par mail dans les prochains jours !


On espère que vous avez apprécié désigner les CHERUB Awards. N’hésitez pas à dire ce que vous pensez des résultats en commentaire. On se retrouve très prochainement pour d’autres articles (et d’autres concours) sur la Tribune !

EXCLU – Les premières images de la BD Trafic !

On vous l’annonçait (également en exclusivité) en avril dernier: Casterman planchait ces derniers mois sur la poursuite de la série BD CHERUB après la publication de 100 jours en enfer, il y a une éternité en 2012. Aujourd’hui, on peut donc vous affirmer le nom du scénariste et du dessinateur, ainsi que le mois de publication.

bd-trafic

Après probablement une grande réflexion, l’éditeur a ainsi attribué à David Combet la lourde charge de reprendre l’esprit insufflé par John Aggs. Tandis que Baptiste Payen devait compiler l’excellente mission à Luton en 122 pages.

En attendant un futur article où nous vous les présenterons plus en détail, voici les premiers aperçus de Trafic, qui sortira sauf surprise en mars 2017:

Alors qu’en pensez-vous ? N’hésitez pas à le dire en commentaire !
Et rendez-vous dans les prochains jours pour une présentation du duo Combet-Payen ainsi qu’un nouvel édito.